Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Histoire et sciences sociales en révolution : un paradigme tunisien ?

  • Jocelyne Dakhlia, directrice d'études de l'EHESS ( CRH )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 13 h à 15 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2016 au 16 mai 2017

La Révolution tunisienne a fait voler en éclats le présupposé tenace de sociétés islamiques vouées au pouvoir autoritaire et sans aspiration démocratique. Ce faisant, elle fut une révolution sans modèle et sans leadership, suscitant par là un espoir universel. Elle ouvrait aussi la voie à toutes les projections analytiques,  et à toutes les récupérations ou confiscations possibles. Qu’est-il advenu de cet universalisme révolutionnaire ? Faut-il en faire le deuil ? L’effet d’exemplarité et d’« entraînement » du soulèvement tunisien, tant dans les autres pays arabes que, de manière bien plus limitée, en d’autres parties du monde, demeure, à bien des égards, mal élucidé.

Ce séminaire tentera d’éclairer ce phénomène d’une « Tunisie au monde » mais aussi la pertinence d’un « paradigme tunisien », sur divers plans et dans une approche résolument transdisciplinaire (histoire, sociologie, sciences politiques, économie, anthropologie…).

On y conduira une réflexion sur l’articulation problématique et difficile des sciences sociales à une dynamique de type révolutionnaire, ou référée au trouble révolutionnaire. Le séminaire présentera et discutera des enquêtes en cours, enquêtes de fond et de terrain, sur la société et la situation tunisiennes. On y interrogera donc la pertinence d’une « exception » tunisienne, si fortement mise en exergue dans nombre d’analyses (premier pays arabe à abolir l’esclavage, première Constitution du monde arabe, premier pays islamique en matière de droits des femmes…)… Par la comparaison, par la déspécification méthodologique on tentera aussi de comprendre ce que la Tunisie, par son histoire et son présent, dit aujourd’hui au monde.

21 mars 2017 : Daniela Melfa (professeure associée à l’Université de Catane, Italie), « La gauche réformiste et la révolution du peuple : défis et débats en Tunisie »
La fragmentation et la marginalité de la gauche sont un fait marquant de la vie politique tunisienne depuis l’indépendance. A partir des regroupements actuels, la conférence vise à examiner les composantes historiques de la gauche tunisienne et à en cerner les principaux clivages : réformisme vs révolutionnarisme ; soutien critique à Bourguiba vs opposition frontale ; nationalisme vs panarabisme. Cet aperçu contribue à éclaircir les raisons de l’« atrophie historique » (Achcar) de la gauche.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie historique

Intitulés généraux :

  • Jocelyne Dakhlia- Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles
  • Renseignements :

    contacter l'enseignante par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    les mardis et mercredis après-midis, les vendredis après-midid (sur rendez-vous). Il est possible de valider un semestre d'enseignement ou deux semestres.

    Réception :

    sur rendez-vous après lecture d'un projet de recherche et d'une bibliographie. Contacter Nadja Vuckovic par courriel, ou tél. : 01 49 54 25 74.

    Niveau requis :

    tous niveaux. Il est nécessaire de rédiger un projet écrit pour envisager une inscription mais non pour assister au séminaire.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : dakhlia(at)ehess.fr, Vuckovic(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 17 mars 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]