Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e jeudi du mois de 14 h à 17 h (Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme 75013 Paris), du 10 novembre 2016 au 8 juin 2017. Voir le programme détaillé pour les horaires et salles

Dans ce séminaire on se propose de mettre en lumière depuis la Renaissance les configurations multiples et les divers dispositifs techniques impliquant un travail spécifique sur les substances et la transformation de la matière. Les savoirs opératoires de la chimie ont été porteurs d’enjeux majeurs dans les champs de l’économie, de la gestion politique, des consommations et des formes de production. Explorant la diversité des pratiques et des savoir-faire, on soulignera d’une part les processus d’hybridation et de transversalité que ces savoirs mettent en œuvre et d’autre part les multiples appropriations qu’ils génèrent, et qui ont accompagné les processus d'innovation, d'industrialisation et façonné l’environnement des sociétés sur le long terme.

10 novembre 2016 : Cette séance de séminaire est élargie en journée d’étude internationale co-organisée avec Corinna Guerra (Labex Hastec, CAK), le Labex Hastec et le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF)
 
L’atelier de la nature. Production des savoirs matériels, production matérielle des savoirs
 
Horaire : 9 h 30-18 h - Lieu : EPHE- 190-198 av de France, salle 114

  • Lawrence Principe (Johns Hopkins University) : Locality, Materials, and Reproductions: The Secrets of the Bologna Stone
  • Claudine Cohen (EHESS/CRAL, EPHE) : Sténon, Leibniz, et les « alambics de la nature »
  • Grégory Quenet (Université de Versailles, Saint Quentin en Yvelines) : L'atelier de la nature à l'épreuve du temps. Les Seychelles à l'époque française
  • Emilie Beck Saiello (Université Paris 13) : Technique mimétique et productions volcaniques. L’art du pinceau au service des sciences de la nature
  • David McCallam (University of Sheffield) "« Lire dans les cassures » : the production of knowledge in Faujas de Saint-Fond’s Recherches sur les volcans éteints du Vivarais et du Velay (1778)"
  • Marie Noëlle Bourguet (Université Paris 7 Diderot/ICT, CAK) "Alexander von Humboldt au Vésuve, 1805 : les limites de l'expérience de terrain"
  • John Christie (University of Oxford) "Nature production and knowledge: the case of alum in Britain"
  • René Sigrist (Fonds National Suisse/Université de Lausanne) "Les naturalistes de Genève et le rôle des « objets intermédiaires » dans l’élaboration et la circulation des savoirs sur les Alpes, 1740-1820"

Programme détaillé de la journée : http://koyre.ehess.fr/index.php?1992
 
8 décembre 2016 : Stanis Perez (MSH Paris Nord - Pleiade/Paris 13) "L'antimoine en France au XVIIe  siècle, entre poison thérapeutique et remède alchimique"

"Une longue tradition historiographique a fait de l'antimoine un remède toxique longtemps interdit dont l'usage alchimique se serait éteint avec l'avènement de la chimie, loin de l'archaïsme médical de la Cour. Ces trois points à maints égards caricaturaux seront réexaminés à partir de sources variées et contribueront à une étude de cas mêlant histoire des sciences, histoire curiale et histoire symbolique."

  • Discutante : Elisabeth Belmas (Pléiade, Paris 13)

12 janvier 2017 : Cette séance de séminaire élargie en une journée d’étude co-organisée avec le Club d’histoire de la chimie (CHC-SCF) fait suite à celle du 14 janvier 2016 "Le laboratoire dans tous ses états, fin XVIIIe-début XIXe siècle" (II) – Théorie, pratique et production
 
Horaire : 10 h-16 h. Lieu : Société chimique de France, 250 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

  • Christine Lehman (Paris Ouest/IREP) "Les lieux d’activité du chimiste Pierre-Joseph Macquer (1718-1784) : Laboratoires et instruments"
  • Danielle Fauque (GHDSO, université Paris Sud, Orsay) "Dans le laboratoire de Lavoisier : Du canon de fusil à la caisse pneumatique, ou comment démontrer que l’eau est un corps composé (1785)"
  • John Perkins (Oxford Brookes University) « Voici de la bonne chymie » : les apothicaires, le refaçonnement de la chimie et la construction de l’industrie chimique en France, 1750-1810.
  • Patrice Bret (Centre Alexandre Koyré) : Les premiers laboratoires coloniaux : monstration, production et recherches chimiques pendant l’expédition d’Égypte (1798-1801)

9 février 2017 : Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/Cetcopra) "Matières et matériaux – une réflexion"

Matière ou matériaux, lequel est objet de science ? A moins que chacun d’eux ne soit l’objet d’une science distincte ? Les deux termes « matière » et « matériau » sont proches voisins, ils sont faits du même bois. Tous deux dérivent, en effet, du substantif latin « materies » qui désigne le bois. Le bois est donc l’archétype de toute matière. L’étymologie suggère une extension graduelle de sens : d’une partie de l’arbre au bois lui-même ; puis du bois à d’autres matériaux de l’art humain et enfin des matériaux de l’artisanat à la substance dont sont faites les choses en général.
Je montrerai, dans un premier temps, que la différenciation terminologique entre matériau et matière peut être vue comme un marqueur du progrès des sciences. Mais une analyse conceptuelle plus approfondie conduit à remettre en question cette première approche en révélant la complexité du concept de matériau. Enfin, dans un troisième temps, je dégagerai les conditions de possibilité d’une science des matériaux et le style épistémologique qu’elle impose.

9 mars 2017 : Sacha Tomic (IHMC) "L'expertise chimique à la Préfecture de police de Paris à la Belle Époque"
 
13 avril 2017 : Introduction : Thomas Le Roux (CNRS/CRH) Marie Thébaud-Sorger (CNRS/CAK)

Emma Spary (Cambridge University) Theriac Wars : Networks, Novelty and the ‘Domestication’ of Opium in Paris, 1660-1710
 
This paper will address rival networks of practitioners competing for the market in opiates in Paris in the decades immediately before 1700. The effects and dangers of opium were subjected to intense scientific scrutiny and experimentation in the community of Parisian apothecaries, as different categories of healers—doctors, apothecaries and operators—contended for profit around particular compound drugs that contained it. Opium became the subject of experimentation by many different individuals and groups in the attempt to render it safe, agreeable and beneficial for European bodies. Apothecaries sought to resurrect an ancient drug and infuse new life into it within the laboratory ; physicians conducted chemical experiments upon it . Yet it proved hard to reach agreement as to opium’s harmful or beneficial effects ; some aspect of its nature proved impossible to ‘domesticate’ in the same way as newer drugs like coffee or tea, or even quinquina. I argue that only by investigating the discrete networks which sold and experimented upon opium and opiates can the historian account for the ways in which opium could be used to generate social, political and financial capital for experimenters as it circulated throughout society.
 
Discussion : Nouveaux aliments & nouvelles drogues - réseaux de productions, d’expertises et de consommations  XVIIe-XIXe siècle.
 
Cette séance sera l’occasion d’ouvrir une réflexion plus générale sur l’histoire matérielle de la chimie et de la médecine. Depuis l’essor de l’histoire de la culture médicale des ‘secrets’, l’histoire des remèdes et des drogues s’inscrit dans le développement de nouveaux marchés alimentaires à l’échelle mondiale (colonies, échanges Orient-occident), tels que le café ou le sucre. En inscrivant la construction des savoirs sur ces « substances » dans un maillage de pratiques et d’usages, il est possible de mettre en lumière la constitution de réseaux de fabricants, d’experts, de revendeurs et de consommateurs qui se déploient dans différents espaces sociaux (de la cour à  la ville) et notamment la place jouée par les apothicaires-chimistes dans l’émergence de la chimie alimentaire  qui ouvre de nouvelles perspectives industrielles aux sociétés européennes au début du XIXe siècle.

11 mai 2017 : Séance co-organisée avec Anne Solenn Le Hô (C2RMF/IRCP)
Table ronde historiens/restaurateurs/chimistes : Vernis, enduits, pigments. Techniques et savoir faire (II) (Programme détaillé à venir)

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire des techniques

Intitulés généraux :

Direction de travaux d'étudiants :

Marie Thébaud-Sorger.

Réception :

sur rendez-vous.

Niveau requis :

M1.

Adresse(s) électronique(s) de contact : marie.thebaud-sorger(at)cnrs.fr, patrice.bret(at)yahoo.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 29 mars 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]