Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La planète-laboratoire ou le naufrage des temps modernes

  • Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences de l'EHESS (*) ( DEVE )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er, 3e et 5e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2016 au 20 juin 2017. La séance du 7 mars est reportée au 14 mars. Pas de séance le 20 juin

L’unification et la diffusion de l’image de la planète Terre dans le cadre héliocentrique copernicien furent présentes dès l’origine des sciences modernes et proposent la vision « princeps » dans laquelle va s’inscrire la mondialisation scientifique et technique. Cette vision n’est pas seulement l’incarnation de la raison spéculative moderne ; elle est aussi le plan de l’atelier et du laboratoire planétaire qui  s’ouvre devant les hommes des sociétés modernes.

Parmi ses engagements les plus profonds, Galilée fut un des grands artisans de « la reconstruction du monde ». Il fut le fondateur des laboratoires, espaces chargés de construire puis d’introduire dans le monde sensible, mondain, des experimenta, ces phénomènes rationalisés. C'est en effet dans l'espace réservé des laboratoires que l'on va construire les expériences, utiliser les instruments qui sont autant de théories concrétisées, en un mot que l'on va substituer progressivement au monde des expériences chatoyantes, confuses, insaisissables de la vie quotidienne, un ensemble d'objets et d'événements reconstruits selon les principes de l'intelligibilité mathématique.

L’image de la planète issue des spéculations de l’astronomie copernicienne ouvre une nouvelle ère, celle des temps modernes mais elle le fait de façon représentative et abstraite. Pourtant elle annonce déjà de façon prémonitoire le rassemblement final de tous les projets, de toutes les pratiques rationnelles reconstruisant pas à pas le monde « réel », ce monde radieux vers lequel tend le progrès des sciences et des techniques. Ici, l’unité lumineuse de l’icône Terre qui apparaît au début annonce la terre transfigurée de la phase rationnelle finale du processus.  

Ce travail de remodelage qui ne faisait que commencer, il y a cinq siècles, constitua et constitue encore le projet central des sociétés modernes et forme le cœur de leur histoire. Cette remarque encore très générale nous livre pourtant l’une des clés permettant de situer la période contemporaine dans le déroulement des performances scientifiques, techniques, industrielles et financières des sociétés modernes. L’apparition de plus en plus fréquente de phénomènes à dimensions et vocations planétaires indique que la reconstruction de la planète selon les structures imaginaires des occidentaux modernes est en train de progresser et de s’incarner dans des pans de « réalité » de plus en plus fidèles au projet.

La planétarisation des projets techniques et scientifiques qui déploient en arrière-plan une effervescence de type géo-ingéneurie révèle aussi la dimension stupéfiante du « progrès des sciences, des techniques, de l’industrie et des finances », c’est-à-dire le nihilisme de cette histoire occidentale moderne scandée par les menaces grandissantes de bouleversements planétaires liés à l’efficacité des performances recherchées

Au cours de ce séminaire, nous serons amené à nous poser quelques questions concernant le déroulement de ces processus :

  • quelle période de ce projet moderne, sommes-nous en train de vivre ?
  • sommes-nous dans la phase terminale du processus ?
  • comment interpréter cette phase terminale ? relève-t-elle d’une transfiguration ou bien plutôt d’une destruction et d’un effondrement ?
  • ne serions-nous pas plutôt les victimes de notre crédulité, lisant des signes avant-coureurs, là où se déroulent les événements les plus banals ?

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Michel Tibon-Cornillot- Philosophie des techniques
  • Renseignements :

    contacter l'enseignant par courriel ou tél. : 06 68 25 67 57.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous obtenu par courriel et/ou par tél.

    Réception :

    la réception des candidats se fait uniquement par rendez-vous obtenu par courriel et/ou par tél.

    Niveau requis :

    ce séminaire est ouvert aux auditeurs sur simple présentation mais si le suivi du séminaire s'insère dans le cadre d'un projet universitaire, on notera qu'il suppose une formation solide en philosophie, épistémologie et histoire des sciences et des techniques.
     

    Adresse(s) électronique(s) de contact : tiboncor(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 20 juin 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]