Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Architectes et urbanistes : visions d'histoire, de société et d'espace

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e mercredis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 16 novembre 2016 au 7 juin 2017

Depuis Les dix livres de Vitruve, l’architecture et l’urbanisme se présentent comme des disciplines, des savoirs et des actions aussi bien autonomes qu’hétéronomes. Les œuvres de l’architecte urbaniste répondent à des visions et des techniques propres à la conception de l’espace, à des échelles et des temporalités différentes. Sa compétence relève de la maîtrise d’outils spécifiques (aussi bien matériels qu’intellectuels), de savoirs et de savoir-faire. Pourtant, sans le tissu d’acteurs, de champs de savoir et de disciplines, dont l’objet d’investigation est l’espace et les techniques d’entreprises imposées par le marché, l’architecture resterait un art de papier. Tous ces acteurs (commanditaires, pouvoirs étatiques, municipaux, intérêts privés, usagers etc.), ont leurs propres logiques avec lesquelles  l’architecte doit composer d’une manière ou d’une autre, pour que l’œuvre soit accomplie.

Comme tout art, la discipline architecturale et urbanistique ne peut se réduire à un « style »; elle est aussi interaction d’intérêts souvent contradictoires, de techniques, de situations et de contextes sociopolitiques et culturels. Or chaque architecte agit différemment vis-à-vis de ces multiples pouvoirs et savoirs, et ainsi il atteste que, malgré les similitudes de situations, les réactivités et les réactions souvent divergent, car les sensibilités, la réception et la représentation divergent autant.

Lors du séminaire de cette année nous explorerons comment l’œuvre bâtie ou écrite d’architecte trahit des compromis et/ou compromissions, des docilités ou au contraire des contestations construites, manifestes d’une volonté de conservation ou d’une nouvelle architecture de l’édifice et de la ville. Les Salines de Ledoux sont-elles une utopie d’habiter ou la prémonition d’un univers concentrationnaire ? Est-ce que la Walhalla de Leo von Klenze, réplique du Parthénon à Ratisbonne, abrite le mythe germanique ou une idéologie de la modernité ? Le cimetière de Modène d’Aldo Rossi est-il l’expression d’une poétique de la « ville des Morts » ou bien un exercice de style ?

À travers les travaux et les écrits de certains architectes du XIXe et XXe siècle (Ledoux, Schinkel, Klenze, Rossi, Le Corbusier, Pikionis et al.), en déchiffrant le rapport qu’ils entretiennent avec l’histoire, le pouvoir et le contexte social, nous explorerons les « mécanismes » pour projeter des espaces conventionnels ou inédits, qui sont les témoins d’une vision du monde.

Programme :

16 novembre 2016 : Yannis Tsiomis / Marilisa Mitsou (EHESS) : Introduction à la thématique

7 décembre 2016 : Yannis Tsiomis (EHESS) : Les cours d’architecture de Georges Candilis à l’Ecole des Beaux-Arts : 1966-1969. Entre la politique et l’anthropologie

4 janvier 2017 : Beatriz Fernández Águeda (Universidad politécnica de Madrid – CRH/EHESS), « Léon Jaussely : urbanisme et taylorisation de la ville »
L'intervention portera sur le parcours et la vision de la ville de Léon Jaussely (1875-1932). Architecte par l’École des Beaux-arts de Paris, il se rapproche du Musée social dans les années 1910. L’approche des sciences sociales, ainsi que ses expériences comme urbaniste à l’étranger (plans de Barcelone, Berlin, Ankara, etc.), contribuent tant à l’évolution de sa pensée sur la ville qu’au développement d’un savoir-faire professionnel. Empruntant les méthodes des géographes français, il prône la nécessité d’une analyse préalable à l’intervention et met les rapports entre société et espace au centre de sa démarche.

18 janvier 2017 : Tim Benton (The Open University Milton Keynes, Angleterre) : Imaginer l’impossible : une « ville radieuse ». Le Corbusier et l’esprit de contradiction

1er février 2017 : Panayotis Tournikiotis (École Polytechnique, Athènes) : Le Temple du Sauveur (“Tama”) : Architecture et défis politiques dans la modernité grecque
Au lendemain de la constitution de la Grèce moderne s’est affirmée la volonté politique de bâtir un Temple consacré au Sauveur, église, panthéon ou monument commémoratif de la guerre de l’Indépendance. Des commissions et des concours se sont mis à sélectionner ce monument majeur toutes les fois que les dates invitaient à commémorer le cinquantenaire, centenaire, cent-cinquantenaire et bientôt le bicentenaire de 1821, 1828, 1830 ou 1834, suivant la réception des faits décisifs. Des architectes importants, Kaftantzoglou et Ziller parmi d’autres, ont soumis des projets différents qui passaient de la colonne au projet urbain et se déplaçaient des grandes places aux sommets des collines d’Athènes, faisant concurrence à l’Acropole. La dernière grande étape fut celle lancée par la dictature des colonels il y a cinquante ans, en 1967, suivant les plans de Constantinos Doxiadis, et du Polytechnique d’Athènes. Panayotis Tournikiotis retracera ces déplacements des idées, des sites et des projets pour discuter l’architecture et la politique de la nation dans la modernité grecque.
Panayotis Tournikiotis a étudié l’architecture et l’urbanisme à Athènes et à Paris. Sa recherche est liée à l’histoire et la théorie de l’architecture aux XIXe et XXe siècles. Il a notamment publié une monographie sur l’architecte viennois Adolf Loos (Paris 1991), un essai sur l’historiographie de l’architecture moderne (Cambridge, Mass. 1999) et un recueil d’essais sur l’architecture contemporaine (Athènes, 2006). Il a aussi traduit en grec Vers une architecture de Le Corbusier (2004), il a dirigé l’exposition et l’ouvrage Deux voyages à Le Corbusier (en grec, 2005) et il a publié La diagonale de Le Corbusier (en grec, 2010). Sa recherche corbuséenne récente porte sur les collaborations et les relations de Le Corbusier avec des grecs. Panayotis Tournikiotis enseigne la théorie de l’architecture à l’École d’architecture de l’École Polytechnique d’Athènes. Depuis 2010 il travaille sur un plan stratégique pour la restructuration du centre d’Athènes et la mise en réseau des grandes interventions urbaines.

15 février 2017 : Marilisa Mitsou (EHESS) : Leo von Klenze, entre l’art et le pouvoir

1er mars 2017 : Caroline Maniaque (ENSA Rouen) interviendra sur le sujet : "USA : Une Utopie  pragmatique: entre mode de vie radical et institut universitaire, la culture du Whole Earth Catalogue"

Caroline Maniaque, architecte et historienne de l’architecture, est professeur HDR à l’Ecole nationale supérieure d’architecture-Normandie et anime l’équipe de recherche accréditée ATE (Architecture, Territoire, Environnement). Elle est également chercheure associée à l’Ipraus/UMR Ausser (CNRS 3329). Ses travaux portent, d’une part, sur l’architecture des années 1950, notamment sur le rapport entre Le Corbusier et les artisans, d’autre part, sur les transferts culturels entre la France et les Etats-Unis, en considérant en particulier les voyages des architectes. Elle a été chercheure en résidence au Centre Canadien d’ Architecture, ainsi qu’au Center for Advanced Study in the Visual Arts (National Gallery of Art, Washington, DC). Elle est l’auteure de Le Corbusier et les Maisons Jaoul (Paris, Picard, 2005), French Encounters with the American Counterculture 1960–1980 (Ashgate, 2011), Go West ! Des architectes au pays de la contre-culture (Marseille, Parenthèses, 2014), Whole Earth Field Guide (Cambridge, MIT, 2016).
 
USA : Une Utopie  pragmatique: entre mode de vie radical et institut universitaire, la culture du Whole Earth Catalogue
 
Favoriser la prise de conscience écologique en signalant toute une série d’outils – livres, instruments – et de techniques, aussi bien constructives qu’éducatives, telle était le grand défi du Whole Earth Catalog, dont la première version de 64 pages sort à l’automne 1968. Composé près de Palo Alto – au cœur aujourd’hui de la si convoitée Silicon Valley –, ce catalogue se présente sous la forme d’un magazine illustré, divisé en sept sections : « Understanding Whole Systems » (Comprendre les systèmes globaux), « Shelter and Land use » (Abris et travail de la terre), « Industry and Craft » (Industrie et artisanat), « Communications », « Nomadics » (Nomadismes), « Learning » (Apprentissage). Les versions ultérieures auront neuf sections, « Shelter and Land use » et « Industry and Craft » étant dédoublées. Chaque section présente plusieurs ouvrages, outils et matériaux choisis pour la portée de leurs idées ou leur qualité et leur efficacité.

15 mars 2017 : Fabrice Moulin (Université Paris Ouest-Nanterre) : Le Traité de Ledoux : la ville utopique et le texte fragile

19 avril 2017 : Yannis Tsiomis (EHESS) nous parlera sur : Le « Régionalisme critique » de Keneth Frampton, le  « fuck the context » de Rem Koolhass et la mutation du monde

3 mai 2017 : Yannis Tsiomis (EHESS) nous parlera sur : Le « Régionalisme critique » 2 : Kenneth Frampton et l’architecture grecque. Un « modernisme consciencieusement régionaliste »

17 mai 2017 : Cristiana Mazzoni (ENSA Strasbourg) La Tendenza :  La typologie comme politique

7 juin 2017 : Mateo Revillo (Masterant TES, EHESS) présentera son travail en cours sur les « Villages de colonisation agraires en Espagne : Modernité inabordable et urbanisme rural ».

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe

Intitulés généraux :

  • Marie-Élisabeth Mitsou- Histoire culturelle de la Grèce moderne (1800-1940) : identités, codifications de la mémoire, transferts culturels
  • Yannis Tsiomis- Études sur la société grecque moderne et contemporaine
  • Renseignements :

    Marie-Élisabeth Mitsou et Yannis Tsiomis, CRH/EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris, tél. : 01 49 54 24 81.

    Direction de travaux d'étudiants :

    idem.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    séminaire ouvert aux étudiants de master, aux doctorants, postdoctorants et aux auditeurs libres.

    Site web : http://crh.ehess.fr/

    Site web : https://www.ehess.fr/fr/personne/yannis-tsiomis

    Adresse(s) électronique(s) de contact : marie-elisabeth.mitsou(at)ehess.fr, yannis.tsiomis(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 6 juin 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]