Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Le fait guerrier et les violences armées. Politique, stratégie, sociétés

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mercredi de 19 h à 21 h (salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris), les 16 novembre, 7 décembre 2016, 18 janvier, 1er février, 15 mars, 19 avril, 17 et 31 mai 2017. La séance du 18 janvier se déroulera en salle 13 (105 bd Raspail 75006 Paris)

Le PRI (Programme de recherches interdisciplinaires) sur le fait guerrier et les violences armées s’inscrit dans un double contexte. Il a trait d’une part à la nécessité de penser les transformations de la guerre et la diversification des formes de la violence, nécessité qui s’impose avec une force croissante. Il répond d’autre part à l’évidence d’une demande nouvelle, à la fois sociale et professionnelle. Il ne s’agit nullement de proposer des outils « policy-oriented » prétendant aider à résoudre la « crise de la guerre » ou de la « pensée sur la guerre », crise double à laquelle sont aujourd’hui confrontées les forces armées occidentales (dont celles de la France), mais d’initier des réflexions indépendantes sur le fait guerrier et les violences.

Les huit séances de cette année universitaire seront consacrées à des conflits des XX° et XXI° siècles. Les intervenants présenteront pour les uns des réflexions en cours sur ces conflits pour les autres des ouvrages qui viennent de paraître.

16 novembre 2016 : Alexandre Rios-Bordes, post-doc EHESS « Face à l''ennemi "objectif" : les services de renseignement militaire américains sur le front intérieur (1917-1941) »
À partir de la Première Guerre mondiale, les services de renseignement militaires étasuniens basculent sur le terrain domestique pour se livrer à la surveillance politique de leur propre population civile. Au moyen d’un travail minutieux sur les corpus de surveillance, on souhaite ici mettre en évidence ce qui fait, en deçà des convictions idéologiques des acteurs et des mécanismes de la « raison graphique », l’intelligibilité – donc la résistance – de cette entreprise d’observation inquiète du social. L’enquête montre que l’expérience de la guerre totale nourrit une profonde révision des impératifs des conflits « modernes » qui conduit notamment à faire du comportement de la population civile un élément déterminant de l’assise stratégique des nations. Elle fonde plus particulièrement la nécessité militaire d’être constamment informé des faits et gestes des « éléments hostiles » dont les activités sont perçues comme pouvant affecter négativement l’attitude de tout ou partie des « masses ». Ce raisonnement ordonne dès lors un déploiement spécifique de la vigilance, tout en légitimant son extension jusqu’au suivi des opinions susceptibles de désorienter les segments les plus fragiles, et même d’ébranler les multitudes tranquilles via un travail de sape mené depuis des positions stratégiques de l’espace social.

7 décembre 2016 : Christian Ingrao, IHTP CNRS, La promesse de l'Est : espérance nazie et génocide, 1939-1943, Paris, Seuil, 2016.

18 janvier 2017 (salle 13, 105 bd Raspail 75006 Paris) : Mauricio Garcia Villegas, Université Nationale de Colombie, « Colombie : les défis institutionnels des lendemains du conflit armé ».

1er février 2017 : Gilles Bataillon, CESPRA-EHESS, « Guatemala 1978-1985, Génocide, ethnocide ou tueries de masse ».

15 mars 2017 : Vincent Desportes, La dernière bataille de France, Paris, Gallimard, 2015.

19 avril 2017 : Masha Cerovic, pour son livre à paraître aux éditions du Seuil: Les enfants de Joseph. Les partisans soviétiques (1941-1944).

17 mai 2017 : Stéphane Audoin-Rouzeau, CESPRA-EHESS, « Une initiation. Voir un génocide en face », Paris, Seuil, 2017.

31 mai 2017 : Marie Miran-Guyon, IMAF-EHESS, « Côte d’Ivoire 2002-2011 : quand les dieux sont en guerre ».

Suivi et validation pour le master : Ouvert sans validation d'ECTS

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

  • Stéphane Audoin-Rouzeau- Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle
  • Gilles Bataillon- Sociologie et histoire des formes du politique en Amérique latine, XIXe-XXIe siècle
  • Adresse(s) électronique(s) de contact : Gilles.bataillon(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 9 mai 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]