Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La connaissance sociale

  • Pascal Engel, directeur d'études de l'EHESS (TH) ( CRAL )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 mars 2017 au 31 mai 2017. La séance du 3 mai se déroulera en salle 8 ; celle du 24 mai se déroulera en salle 13

L’épistémologie sociale porte sur les conditions de possibilité de la connaissance sociale. Mais on peut la concevoir au moins de deux façons : ou bien comme une enquête descriptive sur les conditions matérielles et sociales des connaissances collectives sans s’interroger sur leur statut épistémologique, ou bien comme enquête normative sur la nature et la justification des connaissances sociales. C’est du second type d’enquête que l’on s’occupera. On discutera notamment l’épistémologie du témoignage, celle des croyances et de connaissances collectives, la question de la connaissance « étendue » et celle de la connaissance « digitale ».

Bibliographie de base :

Goldman, A. Knowledge in a social world, Oxford University Press 1999.

Jesus Vega Encabo, (Universidad Autónoma de Madrid) invité au CRAL, EHESS donnera trois conférences :

3 mai : « Connaissance étendue et dépendance épistémique »

Nous nous appuyons constamment sur des ressources externes pour notre cognition. De récents programmes en sciences cognitives ont même insisté sur le fait que certains processus cognitifs et l’esprit lui-même sont constitués de ressources externes auxquelles nous nous adaptons. L’épistémologie récente a mesuré comment ce fait affecte notre conception de la connaissance, nettement individualiste. J’exposerai dans cette présentation les diverses manières dont peut être formulée une épistémologie des extensions cognitives. J’examinerai les perspectives d’une épistémologie pour les extensions à partir de la notion de dépendance épistémique et d’après les pratiques de constructions de niches et d’environnements où les participants sont impliqués dans la qualité des évaluations épistémiques. Prendre en considération une épistémologie des extensions réclame peut-être de revoir certaines conceptions liées à l’idéal de l’autonomie intellectuelle.

10 mai : Jesus Vega Encabo, enseignant invité , CRAL, EHESS « Partager la connaissance : le témoignage comme action épistémique conjointe »

Le témoignage représente une source de premier ordre pour nos connaissances. Mais le témoignage d’autrui offre-t-il des garanties épistémiques suffisantes ? Répondre à cette question enjoint à se pencher sur le caractère distinctif du témoignage en tant que source épistémique. Mon objectif est de fournir une explication quant à la distinctivité du témoignage comme source sociale de la connaissance qui s’appuie sur la nature interpersonnelle des échanges testimoniaux. Le témoignage agit comme une pratique pour la coordination des agents épistémiques, autant en ce qui concerne leurs positionnements que leur crédibilité mutuelle. Il constitue une cellule minimale de socialité. Je traiterai le témoignage comme un cas d’action conjointe où ceux qui s’impliquent dans l’échange alignent leurs intérêts épistémiques et parviennent à avoir un objectif commun, à savoir partager la connaissance. La pratique testimoniale est dirigée – au sein de communautés épistémiques avec une dépendance massive et un besoin de partager des informations et des évaluations – vers l’alignement d’intérêts épistémiques.

17 mai : Joëlle Proust (Institut Nicod, CNRS, EHESS ) Comment caractériser les attitudes propositionnelles des agents épistémiques collectifs ?

24 mai : « Généalogies du concept de connaissance (ou: pourquoi le concept de connaissance est important pour l'épistémologie) »

Le concept de la connaissance importe. Le concept a une fonction liée à la façon dont on fait parti d’une communauté épistémique. Les resources conceptuelles qui permettent parler du savoir et de la connaissance ont transformé le niche épistémique où on interagit avec les autres dans la production et distribution d’information et où on procède à évaluer sa qualité. Récemment, differentes généalogies du concept de la connnaissance ont été proposées. Elles ont contribué à identifier certaines conditions qui ont influencé notre experience comme êtres connaissants et qui ont doué de valeur nos réussites dans l’obtention de la vérité dans un espace de dependances informationnelles. Le concept de la connaissance importe parce qu’il importe ce qu’il fait pour transformer nos pratiques de cooperation épistémique.

Mots-clés : Philosophie analytique,

Aires culturelles : Transnational/transfrontières,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

  • Pascal Engel- Connaissance, raisons et normes
  • Renseignements :

    enseignement au second semestre,

    Direction de travaux d'étudiants :

    master, doctorat, voir conseils aux étudiants : https://sites.google.com/site/pascalengelehessfr/enseignements/consilia-studentibus

    Réception :

    réception des étudiants le mardi de 15 h à 16 h , CRAL, 96 bd Raspail 75006 Paris.

    Niveau requis :

    master.

    Site web : https://sites.google.com/site/pascalengelehessfr/

    Site web : http://cral.ehess.fr/index.php?1355

    Adresse(s) électronique(s) de contact : pascal.engel(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 15 mai 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]