Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Les artefacts cognitifs : précurseurs, traces et ombres

  • Roberto Casati, directeur d'études de l'EHESS, directeur de recherche au CNRS (TH) ( IJN )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 13 h à 17 h (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 3 novembre 2016 au 15 décembre 2016. Pas de séance le 17 novembre

L'utilisation massive des artefacts cognitifs (une vaste famille d'outils qui modifient certains de nos connaissances en contexte) est une signature de notre espèce et caractérise maints aspects de la culture humaine. Or si un grand nombre d'artefacts cognitifs sont dérivés (la notation musicale nait de l'écriture verbale, les cartes sont redéssinées grâce au GPS, etc.), certains (comme le dessin au trait) semblent être « primitifs », en ce sens que aucun précurseur culturel n'est documenté pour eux, et que postuler un « recyclage sans fin » crée une régression théoriquement insatisfaisante. Mais comment ces artefacts primitifs ont-ils pu voir le jour ? Une hypothèse simple (Kennedy 1975) est qu'ils ont été tout simplement découverts ; certains patterns environnementaux, tels que les traces laissées par une feuille d'arbre sur une pierre, ont prouvé que la perception des contours suffit pour la reconnaissance.

Dans ce séminaire, nous poserons d'abord les jalons d'une théorie des artefacts cognitifs en nous appuyant sur des exemples très variés, de la notation musicale aux cartes pour la navigation, des diagrammes des nœuds aux files d'attente. Nous définirons une méthodologie pour étudier les précurseurs d'artefacts cognitifs : des patterns exemplaires dans l'environnement qui peuvent être recyclés dans le but de créer des outils pour la connaissance. Notre attention se tournera ensuite vers une étude de cas, les ombres portées comme précurseurs d'images – une idée validée par la tradition classique, notamment par le récit de Pline l'Ancien dans la Naturalis Historia. Nous montrerons comme la recherche est fortement contrainte par des facteurs environnementaux et biologiques : une grande partie de l'information contenue dans les ombres, par exemple, n'est pas utilisable par le système visuel, qui d'ailleurs fait appel à une logique propre, parfois surprenante, pour résoudre des problèmes de reconstruction de la scène grâce aux ombres. Étonnamment, les détails de cette logique ont été révélés par le travail de générations de peintres, que nous étudierons en nous appuyant sur un vaste corpus d'images.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

  • Roberto Casati- Des outils pour la connaissance : une théorie générale du design et de ses conséquences sociales
  • Renseignements :

    séminaire ouvert à tous, après accord avec l'enseignant.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous. Validation : participation active au séminaire ; un rendu (essai, création, projet) à discuter avec l'enseignant.

    Niveau requis :

    M1.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : casati(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 17 novembre 2016.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]