Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Historiographies modernes : histoire, écritures, temporalités

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

De 14 h à 17 h (bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), du 16 novembre 2016 au 19 juin 2017. Calendrier détaillé et salles ci-dessous

  • Mercredi 16 novembre 2016 (de 17 h à 19 h) : salle du conseil B
  • Lundi 16 janvier 2017 : salle du conseil B
  • Lundi 20 février 2017 : salle du conseil B
  • Lundi 20 mars 2017 (de 14 h à 19 h) : salle Jean-Pierre Vernant
  • Lundi 15 mai 2017 : salle du conseil B
  • Lundi 19 juin 2017 : salle du conseil B

Le groupe d’études sur les historiographies modernes (GEHM) réunit des chercheurs travaillant sur les différentes façons d’écrire l’histoire dans les sociétés modernes, depuis les formes savantes d’historiographie, plus ou moins institutionnalisées, jusqu’aux usages politiques, mémoriels, juridiques, littéraires et artistiques du passé. Aujourd’hui, la référence au passé semble plus que jamais une activité essentielle de légitimation, de critique, de revendication, comme en témoignent les débats sur la mémoire, le retour en force de l’histoire dans la littérature et les arts, ou encore les enjeux politiques constitués autour des façons de représenter et d’enseigner le passé. Dans ces débats, les historiens professionnels jouent un rôle qui reste important mais qui n’est pas hégémonique, et qui doit être sans cesse interrogé. Le parti-pris méthodologique du GEHM est de ne pas séparer débats historiographiques savants et usages politiques ou profanes de l’histoire.

Le séminaire est mensuel. Les séances sont organisées autour de la discussion de textes mis préalablement  à la disposition des participants. Les textes émanent des membres du GEHM, ou de collègues invités sur des questions historiographiques qui portent principalement sur la longue modernité (XVIIIe-XXIe siècle) et tous les types d’histoire et d’historiographie.

Pour plus de détails sur ce groupe et ses activités, voir http://gehm.ehess.fr/index.php.

16 novembre : « Le "roman sans fiction" », débat en présence de Javier Cercas
La rencontre portera sur les rapports entre vérité historique et récit à partir d'un dialogue avec l’écrivain espagnol Javier Cercas. L'idée de « roman sans fiction » sera au centre de la discussion, tout particulièrement  autour de son livre L'imposteur. Ce dernier retrace la vie d'Enric Marco, icône nationale anti-franquiste, porte-parole des survivants espagnols de l’Holocauste qui s’est forgé l’image du valeureux combattant de toutes les guerres justes. Or, l’homme n’a jamais, en vérité, quitté la cohorte des résignés, prêts à tous les accommodements pour seulement survivre. L’imposteur offre ainsi une réflexion sur le héros, sur l’histoire récente de l’Espagne et son amnésie collective, sur la « mémoire historique », sur le mensonge, et donc, sur l'écriture de l'histoire.

La discussion sera ouverte par quelques courtes interventions de la part de Florent Brayard (GEHM-HHS), Gabriela Gloldin (GEHM), Antoine Lilti (GEHM), Jacques Revel (GEHM) et Élodie Richard (GEI-ESOPP).

16 janvier : discussion du livre de Frédéric Brahami, La Raison du peuple. Un héritage de la révolution.

  • Discutants : Antoine Lilti, Anne Simonin, Élodie Richard.

20 février : discussion du livre de Thomas Hirsch, Le Temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch (Éditions de l'EHESS, 2016).

  • Discutants : Jean-Louis Fabiani, Sabina Loriga, Wolf Feuerhahn (salle du conseil B)

Entre le temps objectif et mesurable de la physique et les vibrations du temps de la conscience intérieure, il est un temps « social », un ensemble de représentations collectives qui informent le rapport au temps des individus. Cet ouvrage retrace le parcours et les transformations de cette idée formulée pour la première fois au tournant du XXe siècle et qui jalonne les projets fondateurs des sciences sociales en France entre 1901 et 1945.
De l’étude des Aruntas d’Australie de la fin du XIXe siècle à celle de la société féodale occidentale, de la Chine ancienne à l’Empire aztèque, de la « mentalité primitive » à la mémoire individuelle, les recherches sur les expériences sociales du temps permettent d’interroger à nouveaux frais l’essor des sciences sociales, car attribuer un temps aux sociétés revient à faire du social le mode d’explication des hommes et de l’histoire. Entre philosophie, sociologie, psychologie, ethnologie et histoire, cette enquête espère contribuer à renouveler le regard porté sur quelques-unes de ses grandes figures : Émile Durkheim, Marcel Mauss, Lucien Lévy-Bruhl, Maurice Halbwachs, Marcel Granet, Lucien Febvre et Marc Bloch.

Voir les extraits du livre - le prologue, le chapitre 8 et le chapitre 15.

20 mars : discussion du texte de Lisa Regazzoni, « Qu’est-ce qu’un monument? Esquisse d’une épistémologie des sources non écrites au XVIIIe siècle » (salle Jean-Pierre Vernant)
La séance portera sur l’épistémologie de l’histoire au XVIIIe siècle, reconsidérée d’un point de vue inattendu, à savoir l’analyse du « monument » comme source d’informations sur le passé. À partir de sa polysémie et de changements de sa signification tout au long du XVIIIe siècle, Lisa Regazzoni (Goethe Universität) abordera les différentes fonctions gnoséologiques du « monument », les méthodes comparatives utilisées pour en tirer de nouvelles connaissances historiques et ses mises en récit. Dans ce contexte général, nous nous concentrerons sur les « monuments gaulois » qui jouèrent un rôle majeur dans la construction du passé gaulois en raison de l’absence de sources écrites autochtones. En effet, l’émergence des passés nationaux préromains déclencha une véritable chasse aux sources non écrites qui se répercutera sur la façon de penser et d’écrire l’histoire.

15 mai : discussion du texte de Francesca Trivellato, « Le droit, la communauté et le marché. Une enquête en cours sur la Toscane au XVIIIe siècle  » (salle du conseil B)

Aires culturelles : Europe, Transnational/transfrontières,

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire - Problèmes généraux

Intitulés généraux :

  • Marc Olivier Baruch- Histoire politique de l’administration
  • Jean-Yves Grenier- Économie et histoire de la pensée économique, XVIIe-XIXe siècle
  • Antoine Lilti- Histoire et historicité des Lumières
  • Jacques Revel- Histoire sociale des modèles culturels
  • Silvia Sebastiani- Atlantique des Lumières. Race, genre, histoire
  • Renseignements :

    sur rendez-vous.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    contacter Silvia Sebastiani par courriel.

    Niveau requis :

    séminaire ouvert à tous niveaux.

    Site web : http://gehm.ehess.fr/index.php

    Adresse(s) électronique(s) de contact : silvia.sebastiani(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 20 mars 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]