Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Atelier ouvert des Cahiers d’études africaines

  • Éloi Ficquet, maître de conférences de l'EHESS ( CéSor )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Benoit Hazard, chargé de recherche au CNRS ( IIAC-CEM )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e vendredi du mois de 14 h à 17 h (salle de réunion, IMAF, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 9 décembre 2016 au 9 juin 2017. La séance du 10 février est reportée au 24 février ; en avril la séance se déroulera le 21 (même horaire, même salle)

À la manière d’un « fab-lab », dispositif qui propose un accès ouvert à divers outillages pour la réalisation de prototypes, cet atelier de rédaction ouvert sera dédié aux différentes pratiques de recherche, écriture, lecture et édition qui participent de la production éditoriale des Cahiers d’études africaines. Les séances mettront en débat des travaux en cours ou des interrogations naissantes portant sur le devenir des sociétés africaines ou liées à l'Afrique, sans exclusivité disciplinaire a priori, sans limitation chronologique ou territoriale, sans répondre à des problèmes préformatés qui font de l'Afrique un syndrome. Des publications récentes seront mises en discussion en lien avec l’animation de la rubrique des comptes-rendus de la revue. Des réflexions seront aussi engagées sur les usages possibles des technologies d'édition numérique, par exemple pour la publication de sources ou bien pour la relecture critique sur un mode collectif et ouvert.

13 janvier : Cette séance sera consacrée à la préparation du numéro 226 (juin 2017) : "Formation des élites africaines dans les pays de l’ex-bloc soviétique et structuration des États" coordonné par Monique de Saint-Martin et Patrice Yengo. Les présentations porteront sur les ouvrages analysés dans la rubrique des comptes rendus.
Les élites africaines formées dans les pays de l’Est constituent un volet méconnu des travaux sur les circulations universitaires et la structuration des États africains. Pourtant, dès la fin des années 1950 et durant la guerre froide, de très nombreux étudiants venus des différents pays d’Afrique – se réclamant ou non du socialisme – ont suivi des études en URSS, et dans les autres pays du bloc de l’Est ainsi qu’à Cuba et parfois en Chine. Confrontés à la pénurie de cadres au lendemain des indépendances, les nouveaux Etats africains, faisant fi de leurs liens privilégiés avec les anciennes métropoles se sont en effet tournés vers l’URSS et les pays de l’ancien bloc soviétique pour accélérer la formation de leurs cadres, en particulier d’ingénieurs et de médecins. Plusieurs d’entre ces étudiants ont occupé des fonctions  importantes au sein d’États alors en train de se construire ou récemment construits. Ce numéro des Cahiers d’études africaines se centre sur le devenir et sur le retour, ou du moins sur ceux qui sont retournés dans le pays de départ. Il s’ouvre sur un bilan, jamais tenté auparavant, de cette coopération éducative soviéto-africaine, aux formes très diverses, – depuis le  soutien aux mouvements de libération jusqu’à la coopération de plus en plus formalisée entre États –, et de son impact sur la formation des élites africaines. Il cible ensuite principalement des situations ou des points aux marges de ces processus, parmi lesquels la coopération éducative au féminin pour les Maliennes, le devenir d’étudiants Touaregs partagés à leur retour entre Mali et Azawad, la formation d’artistes congolais en URSS et en Chine, le déclassement d’étudiants réunionnais en quête d’indépendance pour leur île,  et qui sont susceptibles d’éclairer la façon dont ont été conçues et mises en œuvre cette circulation et cette formation de futures élites dans un contexte plutôt inédit.  
Après une introduction générale par les coordinateurs du numéro, les ouvrages suivants seront présentés par les auteurs des comptes rendus :

  • Tatiana Smirnova (Cessma, Université Paris-Diderot) présentera: Maxim MATUSEVICH (eds.), Africa in Russia Russia in Africa. Three Centuries of encounters (Trenton, NJ, et Asmara: Africa World Press, 2007), ainsi que : Apollon DAVIDSON et Lubov IVANOVA, Moskovskaya Afrika [L’Afrique à Moscou] (Moscou: Teatral'nuy Institut, 2003).
  • Constantin Katsakioris (Bayreuth Academy of Advanced African Studies) présentera : L.V. PONOMARENKO et  E.G. ZUEVA,  L’URAP et l’Afrique (Moscou, Université de Russie de l’amitié des peuples, 2010).
  • Luc Ngwe (Université de Douala; FMSH) présentera : Vladimir SHUBIN, The Hot 'Cold War': The USSR in Southern Africa (Pluto Press, 2008).
  • Constantin Katsakioris (Bayreuth Academy of Advanced African Studies) reprendra la parole pour présenter : Christine HATZKY, Cubans in Angola. South-South Cooperation and Transfer of Knowledge, 1975-1991 (Madison, The University of Wisconsin Press, 2015) ainsi que Tanja MÜLLER, Legacies of Socialist Solidarity. East Germany in Mozambique (Lanham, Lexington Books, 2014).
  • Ingolf Diener (Université Paris 8) présentera : Svetlana BOLTOVSKAJA, Bildungsmigranten aus dem subsaharischen Afrika in Moskau und ST. Petersburg  Selbst - und Fremdbilder Centaurus, (Verlag &Media UG, 2014).

Aires culturelles : Afrique,

Intitulés généraux :

  • Éloi Ficquet- Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l'Afrique
  • Centre : CLÉO - Centre pour l'édition électronique ouverte

    Adresse(s) électronique(s) de contact : cahiers-afr(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 13 mars 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]