Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Mise en scènes et en récits : objets et choses en société, musées et patrimoines

  • Thierry Bonnot, chargé de recherche au CNRS ( IRIS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Bernard Müller, anthropologue, chercheur à l'IRIS ( IRIS )
  • Christelle Patin, docteur de l'EHESS ( IRIS )
  • Nanette Snoep, directrice des musées d'ethnologie de Dresde, Leipzig et Herrnhut (Allemagne) ( Hors EHESS )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e mercredis du mois de 14 h à 16 h (Musée du quai Branly (salle 3) 75007 Paris, inscription préalable obligatoire sur www.quaibranly.fr, rubrique « Étudier et rechercher »), du 12 octobre 2016 au 14 juin 2017

Ce séminaire, dans la continuité des années précédentes, sera consacré aux différents modes d’appropriation des objets et des choses par les sciences sociales d’une part, ainsi qu’à la réflexion sur les concepts transversaux de ce champ de recherche, illustrée par des études de cas.

Notre projet est de dépasser le découpage artificiel entre disciplines, le domaine de recherche des objets et des choses relevant de l’anthropologie mais aussi d’autres sciences humaines comme l’histoire et l’archéologie ou la technologie culturelle. Une partie de notre questionnement portera sur le partage des tâches entre disciplines et les enjeux épistémologiques actuels. C’est finalement le problème de la connaissance et des choses matérielles comme sources et objets de connaissance qui se pose aux différentes disciplines. La distinction entre chose et objet sera mise à l’épreuve, notamment par l’analyse des concepts d’attachement et d’agency.

Nous nous concentrerons sur les objets et les choses pensables dans un continuum biographique, c’est-à-dire ayant acquis un statut patrimonial, dans les collections des musées ou en-dehors, et ayant au cours de ce parcours soulevé divers enjeux sociaux, politiques et symboliques. On tâchera de rendre compte de ces enjeux qui caractérisent les situations très diverses dans lesquelles sont impliqués les objets, faits sociaux complexes, qui interagissent entre eux et avec les individus et les collectifs qui se les approprient, les manipulent, les admirent et les font circuler. Les thèmes de la mémoire, des patrimoines et des musées seront donc centraux pour notre propos, nécessaires à la compréhension des contextes traversés et modifiés par les choses en devenir permanent.

9 novembre 2016 : Archéologie d’une performance. Retours sur « le déterrement du tableau-piège à l’occasion des fouilles du déjeuner sous l’herbe » par Bernard Müller
Le 23 avril 1983, l’artiste Daniel Spoerri (né en 1930) organise un banquet de 120 personnes dans le parc du domaine du Montcel, à Jouy–en-Josas (Yvelines). On sert alors aux invités un menu composé d’abats d’animaux : andouilles, tripes, rates, animelles, oreilles, queues, pieds, foie et cœur. À la fin du repas, vingt tables sont enterrées dans une vaste tranchée, avec leurs couverts, nappes et restes de nourriture. Cette performance est alors intitulée « Le déjeuner sous l’herbe à l’occasion de l’enterrement du tableau-piège », dans une référence au tableau d’Edouard Manet, faisant lui-même écho au Concert champêtre de Titien, conservé au Louvre.
En juin 2010, puis en septembre 2016, des fouilles archéologiques furent menées sous la direction de l’INRAP, parallèlement à une enquête ethnographique qui se poursuit aujourd’hui.
Cette séance permettra de faire un point sur les recherches en cours, en revenant sur les attendus de ce projet, et ses enjeux méthodologiques, à la croisée des disciplines.
Pour en savoir plus : http://www.dejeunersouslherbe.org/

25 janvier 2017 : Dans cette séance intitulée « Anthropologie de la performance ou performance de l’anthropologie ?» on reviendra sur l’axe « mise en scène » de notre séminaire. À cette occasion on explorera la notion de « recherche-création » dont les méthodes seront envisagées comme autant de leviers sur des terrains conçus comme expérimentaux, à la lumière de projets en cours et situés dans la zone de chevauchement de plusieurs disciplines (anthropologie de la performance, performance studies, ethnoscénologie, theâtrologie et études théâtrales).

22 mars 2017 : « Archéologie du merveilleux : la fouille du tournage de Peau d’âne (J. Demy, 1970) ».
Olivier Weller (CNRS) présentera un récent projet d’archéologie contemporaine concernant le septième art. La fouille de décors cinématographiques originaux, ceux de la mise en image d’un conte de fée (Peau d’âne, J. Demy, 1970) permet de nous interroger sur la démarche et les pratiques des archéologues, de la construction du discours du vestige jusqu’au récit scientifique. Plus encore elle autorise la confrontation entre réalité matérielle, images de fiction et mémoire individuelle ou collective et ainsi ouvre la réflexion sur la construction mémorielle et patrimoniale. Cette expérience sera confrontée à une réflexion plus large sur les liens entre archéologie et anthropologie et mise en perspective par un parallèle avec le travail de Bernard Müller sur le déterrement du tableau-piège.

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

Direction de travaux d'étudiants :

sur rendez-vous uniquement, bureau 10, EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris, Thierry Bonnot, tél. : 06 31 16 97 10.

Niveau requis :

niveau licence, projet de recherche écrit.

Adresse(s) électronique(s) de contact : bonnot(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 20 mars 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]