Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Observer, décrire, interpréter. Les usages de la photographie en sciences sociales

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

(EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille), les 6 janvier et 3 février 2017 (de 14 h à 16 h) ; 10 mars et 7 avril 2017 (de 17 h à 19 h) ; 5 mai et 2 juin 2017 (de 14 h à 16 h)

Dans le cadre de La fabrique des écritures en sciences sociales du Centre Norbert Elias, ce séminaire et l'atelier photographique lient l’expérience pratique de la photographie à l’analyse théorique afin de permettre une réflexion sur les usages de la photographie en sciences sociales. Il s’agira d’approfondir la place de la photographie dans les enquêtes de terrain et dans l’élaboration des textes anthropologiques et sociologiques, en tant que forme de narration. La photographie est souvent considérée comme une illustration des recherches scientifiques, sans prendre en considération sa dimension d’outil de recherche. Cependant, par l’intermédiaire de sa fonction indiciaire, la photographie devient une technique de la « description dense », elle permet d’enrichir la narration ethnographique. Pour ce faire, il faut transformer le regard de l’ethnographe en capacité de vision, former l'œil à saisir les liens entre les choses, à les mettre en relation, selon l’ordre de sens de la réalité observée. La photographie occupe une place privilégiée dans l’alphabétisation visuelle et elle constitue un outil irremplaçable de déconstruction du regard et d'identification des codes qui opèrent dans les diverses situations sociales. À travers l’analyse de travaux des photographes, cette année, le séminaire se proposera  d’aborder plus particulièrement le rapport au territoire et à l’exploitation de ressources : des conditions de vie et de travail autour de l’étang de Berre aux conflits sociaux et aux impacts de la pollution sur la santé publique, des modalité d’occupation et d’utilisation du territoire par des populations nomades aux détails urbains d’Asmara comme moyen d’analyse des stratification historiques de la ville et de ses habitants. Au fil des séances, différentes formes d’enquête et de narration seront analysées. Lors des ateliers, seront abordées les techniques de prise de vue et de sélection des images, ainsi que les techniques de conservation et les modalités d'utilisation archivistique des documents visuels.

Vendredi 6 janvier 2017 : Marco Barbon, « La photographie entre outil documentaire et support de fiction : petit voyage à travers l’histoire du médium. »

Vendredi 3 février 2017 : Jacques Windenberger, « Une étude du front industriel » avec une présentation d'extraits du film documentaire Tumeurs et Silences sur la pollution dans le territoire de l’étang de Berre, réalisé par Jacques Windenberger à partir des images et des paroles collectées dans les années 70 et d’autres, 40 ans plus tard, en 2010, 2011 et 2012.

Vendredi 10 mars 2017 : Frank Pourcel, « La photographie au service de la narration anthropologique »
Une enquête sur les expériences de vie en milieu « néorural » dans le pays de Forcalquier. 

Vendredi 7 avril 2017

Vendredi 5 mai 2017 : Franco Zecchin, « Le nomadisme et le rapport aux ressources naturelles. Une approche anthropologique dans l’enquête photographique »

Vendredi 2 juin 2017 : Philippe Chancel, "Datazone : territoires surexposés ou inconnus. L'évolution du statut des images dans le monde contemporain."

Suivi et validation pour le master : Ouvert sans validation d'ECTS

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Centre : CNE - Centre Norbert-Elias

Renseignements :

Franco Zecchin, zef1953(at)yahoo.fr

Adresse(s) électronique(s) de contact : zef1953(at)yahoo.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 1 juin 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]