Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Anachroniques. Lire et écrire l'histoire aujourd'hui

  • Jérémie Foa, maître de conférences à Aix-Marseille Université ( Hors EHESS )
  • Thomas Glesener, maître de conférences à Aix-Marseille Université ( Hors EHESS )
  • Jean-Baptiste Xambo, chercheur postdoctorant LabexMed ( Hors EHESS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Un vendredi par mois de 9 h 30 à 12 h 30 (EHESS-Marseille, Centre de la Vieille-Charité, 2 rue de la Charité 13002 Marseille)), d'octobre 2016 à juin 2017, voir programme détaillé

Le séminaire « Anachroniques » se propose de faire dialoguer deux pôles apparemment contradictoires dans l’écriture de l’histoire : la tentation anachronique d’un côté ; le strict historicisme de l’autre.  Force est de constater que « le présent est le moteur le plus efficace de la pulsion de comprendre » (N. Loraux), que toute histoire est contemporaine et qu’il est nécessaire d’avoir à disposition un passé vivant qui « fait signe » au présent et lui est directement utile. En même temps, n’est-ce pas écraser la singularité du passé que de toujours le ramener à notre contemporain ? La vertu de l’historicisme ne serait-elle pas justement de se confronter au dépaysement, à l’estrangement ? Élargir la palette des différences et des singularités passées n’est-ce  pas déjà enrichir le présent – sans pour autant verser dans l’exotisme ? 

À travers la lecture et le commentaire de textes d’histoire et d’épistémologie de l’histoire, il s’agira de réfléchir aux pouvoirs et aux techniques de l’écriture historienne : choix des contextes, des sources,  organisation des causalités, focales et hors-champ, dialectique de la narration et de l’analyse. Peut-on faire une histoire engagée qui ne renonce pas aux exigences de la méthode et ne cède rien à l’arrogance du présent ?

Programme :

14 octobre : Éloges de l’anachronisme (Salle B)
Introduction : Les enjeux de l’anachronisme.

  • Lecture : Nicole Loraux, « Éloge de l'anachronisme en histoire », Le Genre humain, 27, 1993, p. 23-39.

2 décembre : Pensées de la modernité (Salle B)
Lectures/présentations :

  • Jack Goody, Le vol de l'Histoire. Comment l'Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde, trad. fr., Paris, Gallimard, 2010.
  • Bruno Latour, Nous n'avons jamais été modernes. Essai d'anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, 2006 (éd. originale, 1991).
  • Max Weber, L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 2004, (édition originale 1904-1905).

6 janvier : Figures de l’histoire engagée (Salle A)
Lectures/présentations :

  • Philippe Ariès, Un historien du dimanche, Paris, Seuil, 1980.
  • Nicolas Offenstadt, L'histoire, un combat au présent, Paris, Textuel, 2014.
  • Howard Zinn, "Qu'est-ce que l'histoire radicale?", dans Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes et discours (1962-2009), Marseille, Agone, 2014, p. 33-59

3 février : Futurs non advenus (Salle A)
Lectures/présentations :

  • Simona Cerutti, « Who is below ?. E. P. Thompson, historien des sociétés modernes : une relecture », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2015/4, p. 931-956.
  • William Cronon, Nature et récits. Essais d'histoire environnementale, Paris, Dehors, 2016.
  • Pour une histoire des possibles - Analyses contrefactuelles et  futurs non advenus, Paris, Seuil, 2016.

3 mars : Exotiser le passé (Salle de réunion)

Lectures/présentations :

  • Etienne Anheim, "L'historien au pays des merveilles? Histoire et anthropologie au début du XXIe siècle", L'Homme, 2012/3, n°203-204, p. 399-427.
  • Carlo Ginzburg, À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire,  Paris, Gallimard, 2001.
  • Hans Medick, « Missionnaires en canot ». Les modes de connaissance ethnologiques, un défi à l'histoire sociale ? », Genèses, 1, 1990, p. 24-46.

7 avril : Penser le contemporain (Salle de réunion)

Lectures/présentations :

  • Giorgio Agamben, Qu'est-ce que le contemporain ?, trad. fr., Paris, 2008.
  • François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003. Lionel Ruffel, Brouhaha. Les mondes du contemporain, Paris, Verdier, 2016.

5 mai : L’histoire comme montage (Salle de réunion)

Lectures/présentations :

  • Luc Boltanski, Elisabeth Claverie, Nicolas Offenstadt, Stéphane Van Damme (dir.), Affaires, Scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock, 2007.
  • Georges Didi-Huberman, Georges. Devant le temps : histoire de l’art et anachronisme des images, Paris, Minuit, 2000. (Introduction).
  • Prendre congé de Dilthey. Que serait un néohistorisme en histoire de la philosophie ?, Paris, Les Belles Lettres, 2008.

2 juin : Exercices de style (Salle de réunion)

Lectures/présentations :

  • Arsenio Frugoni, Arnaud de Brescia dans les sources du XIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1993 [1954].
  • Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus, Paris, Seuil, 2012 ; L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014 ; Laetitia ou la fin des hommes, Paris, Seuil, 2016.
  • Karl Jacoby, Des ombres à l'aube. Un massacre d'apaches et la violence de l'histoire, Toulouse, Anacharsis, 2008.

Suivi et validation pour le master : Ouvert sans validation d'ECTS

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Centre : CNE - Centre Norbert-Elias

Adresse(s) électronique(s) de contact : jxambo(at)gmail.com

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 2 février 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]