Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Séminaire pluridisciplinaire d’études coréennes

  • Alain Delissen, directeur d'études de l'EHESS (TH) ( CCJ, CCJ-CRC )
  • Valérie Gelézeau, maîtresse de conférences de l'EHESS (TH) ( CCJ, CCJ-CRC )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Isabelle Sancho, chargée de recherche au CNRS ( CCJ, CCJ-CRC )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Vendredi de 14 h à 16 h (Maison de l'Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris), du 4 novembre 2016 au 2 juin 2017

En dépit d’une tendance affirmée et efficace à la globalisation, les études coréennes ne constituent ni un objet de recherche ni un champ de recherches évident. Le programme de ce séminaire, essentiellement fondé sur des conférences de chercheurs invités, en français et en anglais, reflète non seulement une pluralité première des études coréennes (le registre des objets, les approches disciplinaires), mais encore d’une dissémination accrue de la Corée (Corée du Nord, diaspora) porteuse de paradigmes de « coréanité » potentiellement discordants (han’gukhak / chosŏnhak). En bref, on portera témoignage des lieux multiples où se constituent les savoirs sur la Corée et des liens qui les relient.

4 novembre 2016 : Cycle « ciné-sciences sociales Corée » avec Stephen Epstein (Victoria University of Wellington)
Documentaire Us and them: Korean indie rock in a K-Pop world, de Stephen Epstein et Timothy Tangherlini, 2015, 40’.
Invitation soutenue par l’EHESS.

18 novembre 2016 : Younga Kim (post-doctorante du RESCOR, Réseau des études sur la Corée), « La précarité professionnelle des femmes comparée entre Corée du Sud et France »
Plus d’emploi féminin, mais de quelle qualité ? Pour y répondre, il est nécessaire de connaître les déterminants de l’emploi féminin et de la précarité professionnelle, et cela au cours du cycle de vie. Sur les données longitudinales sud-coréennes du travail et des revenus de 1998 à 2008, et sur les données longitudinales françaises du Panel européen des ménages de 1994 à 2001, une analyse des correspondances multiples permet de comparer les situations de précarité d’emploi des femmes en Corée du Sud et en France. Elle montre que la conciliation entre famille et travail est très différente d’un pays à l’autre, et que celle-ci conditionne le sort des femmes sur le marché de l’emploi. Un modèle de durées multi-niveaux à temps discret permet de tester les déterminants de la mobilité entre types de précarité, et de mettre en évidence l’effet important de l’âge et du cycle de vie, de l’éducation et des charges de famille. La précarité en emploi engendre des inégalités parmi les femmes. Les indices de Gini permettent de mesurer les inégalités associées aux prévalences observées dans les différents types au cours de la période 1998-2008. Un modèle de chaînes de Markov permet de calculer les prévalences associées aux conditions du moment. Les indices de Gini correspondant aux inégalités associées à ces prévalences du moment dessinent une situation plus égalitaire que celle héritée du passé.
La comparaison entre la Corée du Sud et la France apporte les preuves que les déterminants de l’emploi féminin conditionnent la mobilité entre les types de précarité professionnelle, avec des variantes d’un pays à l’autre. Dans les deux pays, le diplôme et l’expérience professionnelle constituent un moyen d’échapper à la précarité. La charge de famille ne détermine pas la variation de la précarité professionnelle des Sud-Coréennes comme en France, même si elle est une des caractéristiques majeures de la précarité des mères sud-coréennes. La participation continue des femmes des deux pays au marché de l’emploi rémunéré ne garantit pas l’amélioration de la précarité. La mobilité observée en 1998-2008 laisse présager l’amélioration du sort des femmes sur le marché de l’emploi.

25 novembre 2016 : Hyunjoo Lee (post-doctorante du RESCOR, Réseau des études sur la Corée), « Martyrs et héros : le théâtre édifiant des missions catholiques françaises en Corée dans les premières années du XXe siècle)

2 décembre 2016 : Séance annulée. Eun-Jeung Lee (Université libre de Berlin), « Occidentalism and the images of the West in Korea ». Invitation soutenue par l’EHESS.

9 décembre 2016 : Oul Han, postdoctorante de la Korea Foundation « Measuring Frames: Discursive Institutionalism in Polarized Politics »
Polarization in politics can indicate problems of young democracy, which can be different from known and desirable advantages of polarization and partisanship in old democracies, such as policy competition and voter information. In fact, political differentiation between camps and policies may be low in young democracies due to the low institutional development of political parties. This dissertation contributes to knowledge by demonstrating polarization between political camps by measuring polarized camp frames, instead of scaling policy that can be non-distinct and non-informative for learning polarization.
For having all aforementioned traits, I use the South Korean case to show that the phenomenon and effects of polarization can be evaluated via discursive polarization, which can be measured by political framing. The theory of hegemonic discourse explains that South Korean actors compete by distinctly framing their promises towards goals, e.g. welfare or unification. Viewed over long time, such frames are discursive institutions that reproduce existing political frames but can adapt to political situations, such as growing income inequality or North Korean armed provocations. The institutional behavior of these deeply engrained and only incrementally changing frames makes them easily measurable in quality and quantity.

To this aim, I apply quantitative text analysis that shows statistical word relationships in large text corpora. I examine the discourses about welfare and unification, issues that vary by decreasing versus increasing frequency, and by policy polarization versus convergence. By analyzing over 100.000 relevant articles from 24 years (1990-2014) in two partisan newspapers via mixed methods, I am able to make sense of framing patterns, e.g. political strategies, and incentives for polarizing, within the political contexts of that time.
My findings suggest that polarizing frames end up outweighing idea-conveying and consensus-building frames due to their political utility for seizing power. In other words, polarizing behavior trumps political ideas and policy deliberation that can be outcomes of heightened public attention for an issue. The methodological and empirical insights contribute to existing debates, such as polarization studies, democratization studies, and comparative studies of ideological scaling.

16 décembre 2016 : Samuel Perry (Brown University), « From Across the Genkai Sea : Chang Hyŏk-chu, Japanese Culture, and the Korean War ». Invitation soutenue dans le cadre du programme « mobilités internationales » de l’EHESS.
Perhaps no country profited more from the Korean War than did Japan, where the booming procurement industry reinvigorated Japan’s broken economy and whose return of independence was negotiated with the US at the very height of Korean War devastation. Long seen as “someone else’s war” in Japan, the Korean War was in fact the object of intense literary and journalistic speculation, comprising an extensive discourse now being reassessed by scholars challenging the myth of a “postwar” Japan. This talk turns on the writings of the Korean-turned-Japanese writer Chang Hyŏk-chu, who like many Koreans in Japan took particular interest in the horrific fratricidal war taking place in his homeland, but stood in a place quite at odds with the majority of Koreans living in Japan. It places Chang’s writings within the literary and historical context of the early 1950s with a focus on how his works about gender and ethnicity helped to naturalize narratives about the Japanese nation that were politically constructed

6 janvier 2017 : Intervenant à confirmer

20 janvier 2017 : Seok-Kyeong Hong-Mercier (Université nationale de Séoul, professeure invitée de l’EHESS), « Hallyu, globalisation et cultures numériques en Corée du Sud »

27 janvier 2017 : Seok-Kyeong Hong-Mercier, « Nouvelle masculinité et métissage dans la “K-Pop” »

3 février 2017 : Seok-Kyeong Hong-Mercier, « Les méthodes visuelles à l’ère des Big Data »

24 février 2017 : Lee Kilho (ISP – Université Paris Ouest), « Usages sociaux des références européennes par les élites sud-coréennes »

10 mars 2017 : Cycle « ciné-sciences sociales Corée » avec Lyang Kim. Présentation de son documentaire Dream house by the border – sous réserve

17 mars 2017 (de 14 h à 17 h 30) : Atelier organisé par Ariane Perrin, «Korean archaeology and cultural heritage »
Avec Luis Botella (University at Malaga), Linda Gilaizeau (Inalco), Ariane Perrin (UMR 8173 « Chine, Corée, Japon »), Codruta Sintionean (Babes-Bolyai university) et Bryan Sauvadet (Inalco).
Discutant : Arnaud Nanta (CNRS)

24 mars 2017 (de 10 h à 12 h, salle de séminaire) : Hyaeweol Choi (Australian National University, professeur invité de l’EHESS), « The Experience of « House » and « Home » in Colonial Korea

24 mars 2017 : Hyaeweol Choi « Desires in colonial memories: kisaeng, assassin and new woman »

28 avril 2017 : Sungjoon Choi (Université Yonsei, Séoul, chercheur accueilli à l’EHESS au laboratoire Chine, Corée, Japon), « Le confucianisme au fondement du management d’entreprise en Corée du Sud »
Discutant : Sébastien Lechevalier

5 mai 2017 : Hwansoo Kim (Duke University, professeur invité de l’EHESS), « A Buddhist Christmas : The Buddha’s Birthday Festival in Colonial Korea »
Discutant: Alain Delissen

12 mai 2017 (de 10 h à 12 h, salle de séminaire) : Hwansoo Kim, « Competing Transnational Buddhisms: Yu Guanbin’s Contribution to Taixu’s Buddha-ization Movement in 1920–30s Shanghai »
Discutant: Alain Delissen

19 mai 2017 : Laurent Quisefit (post-doctorant du RESCOR, Réseau des études sur la Corée), « L’association « Les Amis de la Corée » (1921) : des Français au service de la Corée »

19 mai 2017 (de 10 h à 12 h, salle de séminaire) : Hwansoo Kim, « A Modern Buddhist and Colonial Monument: Manufacturing the Great Head Temple T’aegosa in 1938 Downtown Seoul »
Discutant: Alain Delissen

2 juin 2017 : Xiaoke Zhang (University of Manchester, professeure invitée de l’EHESS), « Still a conglomerate business system ? Changing varieties of inter-organizational networks in Korea’s bio-technology industriy »
Discutant : Sébastien Lechevalier (EHESS)

Aires culturelles : Asie, Asie orientale, Corée,

Intitulés généraux :

  • Alain Delissen- Histoire sociale de la Corée
  • Valérie Gelézeau- La Corée : territoires et sociétés de la longue partition
  • Centre : CCJ-CRC - Centre de recherches sur la Corée

    Renseignements :

    le programme complet et le lieu seront précisés ultérieurement sur le site du Centre Corée (crc.ehess.fr). Le séminaire est ouvert au masterants mais ne donne lieu à aucune validation. Renseignements complémentaires : Valérie Gelézeau par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    non.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    pas de niveau requis.

    Site web : http://crc.ehess.fr

    Adresse(s) électronique(s) de contact : gelezeau(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 15 mars 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]