Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Mobilisations, expériences, publics : perspectives pragmatistes

  • Daniel Cefaï, directeur d'études de l'EHESS (TH) ( IMM-CEMS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e vendredis du mois de 17 h à 20 h (salle du Conseil A, R-1, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), du 18 novembre 2016 au 19 mai 2017. Les séances des 18 novembre et 16 décembre se dérouleront en salle Jean-Pierre Vernant (8e étage, bât. Le France)

Les séances des 21 avril et 19 mai 2017 se dérouleront en salle BS1_28 (1er sous-sol) 54 bd Raspail 75006 Paris. La séance du 5 mai 2017 se déroulera en salle AS1_23 (1er sous-sol) 54 bd Raspail 75006 Paris.

Le séminaire de cette année reprendra la question des mobilisations collectives sous différents aspects. On commencera en compagnie d’Ann Mische, Université Notre-Dame, par examiner les concepts de « public partisan » et d’« arène civique » qu’elle a développés en relation à ses enquêtes de terrain sur les mouvements de jeunesse au Brésil. Puis on essaiera de développer quelques hypothèses en puisant dans l’héritage du pragmatisme. D’une part, comment la lecture de Dewey, Mead et Follett – en particulier de leurs écrits sur la constitution de soi, sur les émotions, l’expérience et l’enquête – permet-elle d’élaborer une micro-politique du trouble et de décrire autrement le passage de l’épreuve du trouble à la formation de problèmes publics et à l’émergence de mobilisations collectives ? D’autre part, comment la notion de public, telle qu’elle a pris forme du temps de l’« ère progressiste » aux États-Unis, entre-t-elle en résonance avec la littérature contemporaine qui examine les connexions entre mouvements sociaux, réseaux et contre-publics ? Le détour par le pragmatisme permet de déplacer les termes de ces différentes approches.

Une attention particulière sera alors portée sur l’articulation qui s’est mise en place dans les années 1960 et 1970 entre « déviance » et « protestation ». Les recherches sur la « déviance » en sociologie (Becker, Goffman, Gusfield, Matza...), en droit et en criminologie ont totalement renouvelé les conceptions de l’ordre social et l'appréhension des conduites anormales, pathologiques ou criminelles.  Le succès des notions d’étiquetage et de stigmatisation a donné lieu à une reformulation de la critique des discriminations. Et la politisation du problème de la « déviance » a nourri le travail sur l’expérience, personnelle et collective, accompli au sein des nouveaux mouvements sociaux – qu’il s’agisse de la lutte pour les droits civiques, de l’antipsychiatrie, du front de libération gay et lesbien, ou du mouvement pour les droits des personnes en situations de handicap (disabled).

Aires culturelles : Amérique du Nord,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Sociologie

Intitulés généraux :

  • Daniel Cefaï- Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics
  • Renseignements :

    ce séminaire est ouvert à tous.

    Direction de travaux d'étudiants :

    s'adresser à l'enseignant à la fin du séminaire.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : daniel.cefai(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 5 avril 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]