Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Villes et sciences sociales

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er, 3e et 5e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2016 au 30 mai 2017

À diverses périodes et dans divers sites, la ville est devenue un objet d’étude pour les sciences sociales. Mais cette récurrence peut être trompeuse : c’était souvent d’une autre ville qu’il s’agissait. Le séminaire se propose d’explorer la conjoncture scientifique actuelle des travaux sur les villes, tout en la resituant dans une histoire plus longue. On peut de cette façon mieux comprendre la façon dont ont été construites les questions auxquelles la recherche s’efforce aujourd’hui de répondre et examiner de façon critique les définitions de l’objet dont nous sommes les héritiers et les acteurs.  

On présentera et discutera des recherches empiriques – principalement en histoire et en sociologie – portant sur des objets précis : vie quotidienne et interactions spatiales, habitation et quartier, production du cadre bâti et des divisions de la ville, action réformatrice et politiques publiques. Les terrains d’investigation varieront dans le temps et dans l’espace, avec une attention particulière aux contextes de production et de réception des travaux ainsi qu’aux circulations entre disciplines qui ont présidé aux évolutions méthodologiques des recherches sur la ville.

Bernard Lepetit, historien, et les villes

Le première partie du séminaire sera consacrée à un retour sur certains aspects du travail de Bernard Lepetit, disparu voilà 20 ans. Ses partis de méthode et la réflexivité qui donnait un ton si particulier à ses recherches interrogent toujours les sciences sociales d’aujourd’hui. Nous les exposerons à propos de travaux de l’historien portant sur la ville et nos invités montreront l’écho que ces questions peuvent avoir dans leurs propres recherches.

– La question des catégories

Les sciences sociales sont constamment confrontées à la question des catégories qu’elles utilisent pour décrire et analyser le cours historique du monde. La question n’est pas neuve, mais la démarche proposée par Lepetit instaurait un dialogue inédit entre les catégories des acteurs de l’époque étudiée et celle de l’historien, dialogue qui passe à la fois par une écoute attentive du langage des sources et un retour réflexif sur l’historicité des catégories savantes d’aujourd’hui.

15 novembre 2016 : Christian Topalov : « Qu’est-ce qu’une ville au XVIIIe siècle ? »


29 novembre 2016 : Simona Cerutti (EHESS) : « Catégories des chercheurs, catégories des acteurs sociaux : réflexions sur des parcours de recherches sur les sociétés de l'époque moderne »

– La mise au présent du passé

Une ville, ce n’est pas simplement un passé qui demeurerait aujourd’hui : elle résulte de la façon dont ce passé a été mis au présent au fil du temps par des acteurs. On peut y observer les effets d’une série de choix de détruire ou de conserver, de modifier et requalifier, de maintenir ou changer les usages des lieux. Cette approche de la ville non seulement permet de mieux la comprendre comme faite de ré-emplois, mais offre aussi un modèle à l’analyse des rapports entre passé et présent.

6 décembre 2016 : Isabelle Backouche : « Mémoires des formes, temporalités urbaines »

3 janvier 2017 : Natacha Coquery (Université Lumière-Lyon 2) : « La ville synchrone, ni palimpseste ni coquille vide. Le cas de Paris au XVIIIe siècle »

- Une nouvelle histoire urbaine ?

La conjoncture des années 1970 et 1980, marquée par le triomphe de ce qui s’appelait alors « la nouvelle histoire», portait aussi les prémices d’un profond renouvellement de «l’histoire économique et sociale » alors dominante. Parmi les courants les plus féconds, une « nouvelle histoire urbaine », proposée par Jean-Claude Perrot et développée par Bernard Lepetit : s’affranchissant des cadres de monographies où la ville fournissait seulement un décor à l’analyse de la société, elle regardait la ville comme un produit de l’action.

17 janvier 2017 : Isabelle Backouche : « La ville : cadre, objet, sujet »

31 janvier 2017 : Brigitte Marin (EHESS et Aix-Marseille Université) : « Gouverner la ville à l’époque moderne : réformes, polices, citadinités »

– Réflexivité et savoirs sur la ville

Les savoirs ne s’accumulent pas au fil d’un supposé progrès : ils résultent d’une conjoncture toujours située et ne se transmettent que dans la mesure où les habitants des époques ultérieures le jugent nécessaire. En outre, ils ne voyagent pas dans le temps sans subir des transformations qui peuvent parfois les rendre méconnaissables. Les études urbaines sont particulièrement justiciables d’une telle analyse : les sciences sociales ont produit de nombreuses villes et les auteurs que nous lisons encore aujourd’hui ont souvent subi de surprenantes métamorphoses.

7 février 2017 : Christian Topalov : « La ville des sciences sociales : un séminaire et sa méthode (1989-1997) »

21 février 2017 : Thomas Hirsch (Archives nationales et EHESS) : « Sociologue des villes, sociologue de la mémoire : de quelques portraits posthumes de Maurice Halbwachs »

– L’interdisciplinarité : évocation pieuse, consigne bureaucratique, pratique réglée ?

L’interdisciplinarité est un mot devenu commun, utilisé par les chercheurs et par l’administration de la recherche, et qui pourtant désigne des pratiques fort variées. Impliquant le dialogue entre sciences sociales, il reste que les conditions de cet échange ne sont pas fixées ni immuables. Or les partis pris pour régler ce partage ont une incidence sur l’objet de la recherche et ses résultats, ils appartiennent au protocole d’enquête et relèvent de choix scientifiques.

7 mars 2017 : Isabelle Backouche : « Pour une pratique restreinte de l’interdisciplinarité »
X

21 mars 2017 : Wolf Feuerhahn et Rafael Mandressi (CNRS, Centre Alexandre Koyré) : « L’interdisciplinarité : un objet pour l’historien ? »

Travaux en cours

La seconde partie du séminaire sera consacrée à la présentation et à la discussion de travaux en cours sur les espaces urbains dans le champ de l’histoire, de la sociologie ou de l’anthropologie.

18 avril 2017 : Charlotte Recoquillon (Institut français de géopolitique) : « Rénover ou gentrifier ? Le cas de la requalification de la 125ème Rue à Harlem »

2 mai 2017 : Lucie Bony (CNRS, UMR 5319 Passages) : « Articuler les approches urbaines et carcérales pour appréhender la prison dans son environnement »

16 mai 2017 : Judith Rainhorn (Paris 1-Panthéon Sorbonne) : « Alice Hamilton à Chicago : du creuset urbain au terrain industriel, déclinaisons de l’enquête (1897-1935) »

30 mai 2017 : Eleonora Elguezabal (INRA) : « Territoires de la sécurité : des "copropriétés fermées" de Buenos Aires aux "voisins vigilants" des espaces ruraux et périurbains français »

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe

Intitulés généraux :

  • Isabelle Backouche- Histoire urbaine. Les territoires d’une capitale (XIXe-XXe siècle)
  • Christian Topalov- La ville : sciences, pouvoirs, sociétés
  • Renseignements :

    le séminaire est ouvert aux étudiants inscrits dans toutes les disciplines des sciences sociales. Il abordera leur mise en œuvre sur le terrain urbain à partir de dossiers empiriques et soulignera les échanges de méthode.

    Direction de travaux d'étudiants :

    les étudiants souhaitant s'inscrire en master ou en thèse doivent solliciter les enseignants par courriel en envoyant un projet plus ou moins développé selon le niveau d'inscription envisagé.

    Réception :

    réception sur rendez vous contracté par courriel : isabelle.backouche(at)ehess.fr ; christian.topalov(at)ehess.fr

    Niveau requis :

    les étudiants de master et en doctorat, de l'EHESS et d'autres institutions.

    Site web : http://crh.ehess.fr/index.php?99

    Adresse(s) électronique(s) de contact : isabelle.backouche(at)ehess.fr, christian.topalov(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 17 octobre 2016.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]