Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Les contes de transmission orale, entre familiarité et étrangeté

  • Nicole Belmont, directrice d'études de l'EHESS (*) ( LAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2016 au 12 juin 2017

Ayant perdu son biotope, la pratique vivante du conte traditionnel a disparu. Par biotope, nous entendons une pratique de transmission dans une oralité encore assez stricte : jusqu’à la fin du XIXe siècle, y compris parmi des communautés sachant lire et écrire. Les collectes réalisées en Europe et en France, nombreuses et authentiques jusqu’au début du XXe siècle, suscitent un double sentiment de familiarité et d’étrangeté. Familiarité en raison du lien à l’enfance établi en guise de survie d’une petite partie du corpus (les Contes de Perrault). Étrangeté lorsqu’on accède aux récits d’oralité seconde : leur langage, leurs répétitions et leurs lacunes, leur violence parfois en font des objets littéraires insolites par rapport à la littérature écrite. Nous tenterons de reconnaître leurs procédures en les confrontant à celle-ci. Et en se posant la question de savoir s’il s’agit d’étrangeté au sens propre ou d’« estrangement » (C. Ginzburg), ou encore s’il faut y reconnaître l’« autre scène » du rêve (S. Freud).

Programme :

14 novembre 2016 : Introduction : Présentation du séminaire (N. Belmont) – exposé du débat critique oral / littéraire et ses enjeux (P.E. Moog) – la transmission orale, entre familiarité et étrangeté (N. Belmont)

28 novembre : Jean-Paul Sermain, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 : "Perrault et les traditions orales, un état de la question" (voir en particulier : Le conte de fées, du classicisme aux Lumières, Paris, Desjonquères, 2005 et « Le rapport du conte de fées à l’oralité. Trois modèles (Perrault, Galland, Hamilton), in A. Defrance et J.F. Perrin éd., Le conte en ses paroles, Desjonquères, 2007)

12 décembre : Confrontation des procédures oral vs écrit : 1/ nature et fonction du merveilleux

9 janvier 2017 : 2/ une contrainte du conte merveilleux d’origine orale : l’issue heureuse

23 janvier : 3/ la triplication, un procédé littéraire inhérent au conte oral ?

27 février : 4/ entre images mentales et images visuelles, les illustrations des livres de contes

Les séminaires suivants seront consacrés à la confrontation de versions orales et de formes littéraires de quelques récits

13 mars : « Cendrillon »

27 mars : « Barbe bleue »

24 avril : « Le Petit Chaperon rouge »

22 mai : « Peau d’Âne » (Danielle Bohler et P.E. Moog)

12 juin : « Le Chat botté »

Mots-clés : Littérature orale,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Nicole Belmont- Anthropologie de la transmission orale en Europe
  • Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    prendre rendez-vous au laboratoire d'anthropologie sociale par tél. : 01 44 27 18 84.

    Niveau requis :

    recherche en cours dans le domaine.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : belmont(at)ehess.fr, nicole.belmont(at)college-de-france.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 8 novembre 2016.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]