Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Photo-graphies : genèses, théories, pratiques, images

  • Jean-Bernard Ouédraogo, directeur d'études de l'EHESS (en cours de nomination), directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )
  • Monique Sicard, chargée de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

4e jeudi du mois de 16 h à 19 h (ENS, amphithéâtre Rataud, 45 rue d'Ulm 75005 Paris), du 27 octobre 2016 au 22 juin 2017. La séance du 30 mars est avancée au 29 mars, de 15 h 30 à 19 h (CNRS, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris)

Le séminaire propose de délaisser temporairement le statut d'« image » dans lequel la photographie est aisément reléguée pour promouvoir celui d'objet fabriqué. Il ne s'agit pas de « chasser les herméneutes » comme le suggère avec humour le philosophe François Dagognet mais bien de prendre en compte la dynamique, les processus et le temps long d'une création photogaphique trop souvent réduite à l'instantané et la non durée. « Il faut deux ans pour faire un portrait ! » rappelait le photographe Marc Pataut. Les conséquences d'une telle « rematiérisation » de la photographie seront évaluées.

La réflexion d'ensemble se construira  à partir de nombreux exemples contemporains mais ne délaissera pas les analyses historiques. Seront invités tant des chercheurs que des artistes. Les échanges avec les participants seront sollicités, notamment pour les débats relatifs à l'actualité photographique.

24 novembre 2016 : Que nous apprennent-ils du monde ?

  • François Siecat, médecin de ville, généraliste à Gagny (Seine Saint-Denis), auteur, photographe de Scènes de la vie médicale
  • Philippe Bazin, auteur, photographe, auteur d’un Manifeste pour une photographie documentaire. Il prend en compte depuis les années 1980, les relations institutionnelles qui sous-tendent, encadrent et org,anisent nos vies quotidiennes. Il a publié notamment :  BAZIN Philippe, VOLLAIRE Christiane, PAINTER Nell,  - BANKS Russell, HUGO Victor, John Brown’s Body, Lyon, Le Bleu du ciel, 2016. - BAZIN Philippe, Reconstruction, Yvetot, Galerie Marcel Duchamp, 2014.
  • Christiane Vollaire, philosophe, auteure avec Philippe Bazin de l’ouvrage Le Milieu de nulle part, Creaphis, 2012 [Regards croisés sur dix-huit centres d’hébergement et de rétention polonais]. Docteur en philosophie, membre de la rédaction des revues Pratiques et Chimères, membre du programme Non-lieux de l’exil (EHESS-Inalco) et du réseau Terra, Elle a publié : Humanitaire, le cœur de la guerre (ed. L'Insulaire, Paris, 2007) ; Le Milieu de nulle part (en collaboration avec le photographe Philippe Bazin, ed. Créaphis, Paris, 2012).

Les trois intervenants entretiennent des relations singulières avec « le monde ». Ils ont, en effet, les uns et les autres, partie à voir avec la médecine. François Siecat, médecin, rend des visites à domicile ; Philippe Bazin a une formation de médecin. Sa thèse de médecine, réalisée dans une maison de séjour pour personnes âgées, fut l’occasion d’une toute première réflexion sur la photographie et l’analyse critique des institutions. Christaine Vollaire, enfin, jadis infirmière, a soutenu sa thèse de philosophie sur la question des tensions entre politique et esthétique qui animent l’exercice medical ; elle collabore régulièrement à la revue médicale Pratiques. Pour autant, une diversité de points de vue anime ces trois intervenants.
La question « Que nous apprennent-ils du monde ? » peut, bien entendu, être critiquée, détournée, modifiée. À titre d'exemples : « Comment un photographe peut-il nous apprendre quelque chose ? » ou même : « Doit-il oeuvrer dans le sens d'une connaissance ? »
Il est clair cependant que ce qui se joue là est le rapport (la tension) entre subjectivité et objectivité. Comment une photographie d'auteur - celle que recherche souvent les commanditaires - peut-elle être « documentaire » ? Mais aussi comment une photographie dite "documentaire" peut-elle encore porter une signature ?
Au-delà et plus profondément , nous nous interrogeons sur le devenir du statut et de la fonction d’auteur photographe .
Voilà quelques unes des questions qui nous préoccupent à l'heure où le monde devient si bancal que nous ne pouvons pas laisser l'image aux seules mains des « objectivistes » (ceux qui la confondent avec son référent ou/et jouent de cette confusion entre l’objet photographique et le référent).
L’ensemble des présentations et des débats sera porté par une éthique génétique, soit par la prise en compte des processus précis d’émergence des œuvres.

26 janvier 2017 : Afriques
Animation des débats : Monique Sicard

  • Alain Turpault (auteur photographe, Prix Roger Pic 2006)  présentera le film La Chambre noire d’Adama Kouyaté et ses travaux photographiques réalisés au Mali depuis les années 1990.
  • Alain Polo (artiste plasticien originaire de Kinshasa, Congo démocratique), présentera ses travaux (“Tozo Kéndé Wapi”, “Jeune homme à la veste”, “Les poupées d’Alain Polo”).
  • Jean-Bernard Ouédraogo, « Photographies et photographes révélateurs de mondes : figures et dynamiques de relations sociales en Afrique »

Bibliographie :

  • Ouédraogo J.-B.,  Arts photographiques en Afrique, Logiques sociales, L’Harmattan, 2003
  • Pivin J.-L.,  Anthologie de la photographie africaine, Revue noire, 1998
  • Sicard M., Santu Mofokeng, un poète,  Afriques 1, Revue Po&sie 153-154, mars 2016, p. 302-307
  • Sicard M., Riffard Cl.,  Genèses photographiques en Afrique,  revue en ligne “Continents Manuscrits”, n°3/ 2014,  http://coma.revues.org/
  • Turpault A. et Koulsy L.,  Le repos des masques,  Marval, 1995

23 février 2017 : Lieux du pouvoir : des muets et des invisibles. Elle accueillera le photographe Max Armengaud (1) et l’anthropologue Marc Abélès (2)

(1) Max Armengaud présentera ses « Portraits de monuments », véritable exploration des institutions dans ce qu’elles ont de plus humain : le Vatican, l’Assemblée nationale, le Palais de l’Elysée, l’Opéra de Paris, le Château de Prague, les Arènes de Madrid …

En accédant ainsi aux lieux de pouvoir, l’artiste nous enseigne la ruse, l’exigence du regard mais aussi l’infinie patience, la diplomatie, et, toujours, la bienveillance.

(2) En résonance, Marc Abélès, effectuera une intervention intitulée « De la « non institutionnalité » : du lieu du politique à une anthropologie des institutions ».

Sans nier l’épaisseur sociale des institutions, Marc Abélès les envisage en terme de « processus », dans leur fonctionnement quotidien, non en termes d’organisations compactes.
Ainsi, les figures institutionnelles du pouvoir se manifestent non seulement dans la matérialité des espaces politiques mais aussi à travers les expressions, les pratiques, rituels et les conflits qui s’y déroulent.

  • Max Armengaud a été pensionnaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), membre de la Casa de Velazquez à Madrid. Il enseigne aujourd’hui la photographie à l’École supérieure d’art et de design Marseille Méditerranée. Son travail a été présenté lors de nombreuses expositions en France et à l’étranger.
  • Marc Abélès est Directeur d’étude à l’EHESS et Directeur de recherche au CNRS. Il a publié de nombreux articles et une quinzaine d’ouvrages.

Bibliographie sélective  :

  • Armengaud M., Berling Ph., Enrici M., Antichambre, Arles, 2015
  • Abélès M., x Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2000
  • Abélès M., Les Nouveaux riches. Un ethnologue dans la Silicon Valley, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • Abélès M., Des anthropologues à l'OMC. Paris, Éditions du CNRS, 2011
  • Abélès M., Penser au-delà de l'État, Paris, Belin, 2014

29 mars 2017 (de 15 h 30 à 19 h, CNRS, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris) : La Chine dans tous ses états. Deux réalisatrices auprès de photographes chinois contemporains, Monique Sicard et Emma Tassy
En présence et avec la participation des réalisatrices, de l’artiste Hsieh Chun-Te, et de Lin Chi-Ming, professeur à la National Taipei University of Education, Taïwan.
Le Pr Lin Chi-Ming et Edouard Flam, interprète, nous feront l’honneur et le plaisir d’assurer la traduction des échanges.

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Signes, formes, représentations

Intitulés généraux :

Renseignements :

Monique Sicard par courriel.

Direction de travaux d'étudiants :

avis du référent.

Réception :

Monique Sicard, Lieu : CNRS, 59-61 rue Pouchet 75017 Paris.

Niveau requis :

séminaire ouvert.

Adresse(s) électronique(s) de contact : monique.sicard(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 20 mars 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]