Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Filmer les guichets de l'immigration ?

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Lundi de 11 h à 13 h (salle 015, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), les 7 novembre, 5 décembre 2016, 9 janvier, 6 février, 6 mars, 24 avril, 22 mai et 12 juin 2017. La séance du 5 décembre se déroulera de 9 h à 13 h (même salle). La séance du 9 janvier se déroulera de 9 h 30 à 13 h (salle du conseil A, R-1, bât. Le France)

Les séances des 24 avril et 12 juin 2017 se dérouleront en salle A05_51 (5e étage) 54 bd Raspail 75006 Paris. La séance du 22 mai 2017 se déroulera en salle AS1_23 (1er sous-sol) 54 bd Raspail 75006 Paris.

Ce séminaire collaboratif et transdisciplinaire aura pour objet l'accompagnement à l’écriture d’un scénario filmique abordant l’Histoire des migrations à travers l'expérience des guichets de la Préfecture. Ce film en chantier, intitulé « L'énigme de la vague scélérate » est réalisé par Clio Simon (et coproduit par le Fresnoy – studio national des arts contemporains et l'Ircam Centre Pompidou) et s'appuiera sur des ethnographies menées au sein de ces lieux. Le séminaire alternera ateliers d’écriture du scénario, présentations d'enquêtes ethnographiques sur les guichets et séances de discussions avec des usagers, des militants ou des agents de préfecture. Ce séminaire se donnera pour objectifs de nourrir une véritable réflexion sur la logique bureaucratique, et la fonction subversive de l’image : comment mettre en scène cinématographiquement un pouvoir invisible ? Comment mettre en image et en son l’espace anonyme, interchangeable, hiérarchique des guichets ? Les éléments rituels : espace, temps, vêtements, paroles, acteurs, gestes ? Comment penser un film comme forme de lutte contre l’arbitraire. Comment susciter un débat chez les spectateurs du film sur les mécanismes d’encadrement des procédures et leurs impacts dans les résultats des demandes d’asile ?

Programme :

7 novembre 2016 : Introduction générale du séminaire

  • Intervenantes : Nasiha Aboubeker, Céline Véniat, Clio Simon

Présentation du projet filmique et de ses intentions. Enjeux anthropologique et artistique. Caractère transdisciplinaire et collaboratif du séminaire : Comment s’extraire de nos propres disciplines pour s’aventurer dans d’autres, permettant un retour critique au point de départ. Et cela dans le but d’appréhender et d’approcher avec finesse les contradictions d’une société et de ses infrastructures.
Présentation croisée de deux enquêtes ethnographiques sur les interactions au guichet : l’une sur l’expérience de guichetière en préfecture et l’autre sur les discriminations dans l’accès aux droits des familles roumaines vivant en bidonville.
Retour sur la démarche de deux cinéastes : René Vautier "Avoir 20 ans dans les Aurès" et Peter Watkins "La commune" et "Punishment Park"
 
5 décembre 2016 : Matière du Réel : témoignages et récits de Justice

  • Invité : Liora Israël

Autour de la table guichetiers, usagers, militant, avocat, greffière... nous transmettent leurs témoignages. Ces récits constitueront la matière principale des prochains séminaires.
En présence d’une ancienne salariée de l'OPRA, d’une rapporteuse de la CNDA, d’une avocate et d’un usager.

9 janvier 2017 : Des guichetiers aux personnages

  • Invité : Jean Louis Comolli

A travers la pratique du documentaire de Jean Louis Comolli menée à la Caisse d’assurance maladie d’Ile de France nous questionnerons la place de l'écoute dans l'écriture du personnage. La séance s’appuiera sur le film "La vraie vie dans les bureaux" dont des extraits seront projetés et commentés par les participants.
 
6 février 2017 : De l’enquête à l’écriture : Récit et mise en intrigue

  • Intervenantes : Céline Véniat, Nasiha Aboubeker

Cette séance sera consacrée à la question de la transposition de l’enquête ethnographique en récit narratif et aux dispositifs de mise en intrigue qui peuvent être mobilisés par l’auteur. En s’inspirant du livre "Temps et récit" de Paul Ricoeur, on s’interrogera sur la manière de mettre en mots et en histoire un recueil d’expériences vécues en distinguant une temporalité du réel, une temporalité de l’intrigue et une temporalité de la réception. Partant des témoignages sensibles des guichetiers et usagers ou de leur restitution chronologique des faits, l’ethnographe doit ensuite écrire et recomposer le récit en vue d’éclairer les questionnements apparus au cours de son enquête et de les rendre accessibles à son lecteur. On pourra en particulier mettre en perspective écriture ethnographique et écriture filmique en vue de contribuer à la réflexion sur la mise en récit des interactions au guichet de la préfecture et à la production d’un scénario collaboratif sur les migrations.
 
6 mars 2017 : Que peut une image ? L’énigme d’un paysage
Partant du principe qu’une image n’est jamais dénuée de sens, comment les images de « documentaires mi-factuels, mi-poétiques expérimentaux » peuvent tordre l’absence de l’image au sein des institutions juridiques ? Comment apporter un souffle dans la réflexion menée sur les migrations en filmant les paysages ?
 
24 avril 2017 : Musique et Politique : La Justice peut-elle se passer de burlesque ?

  • Invités : Javier Elipe Gimeno, Karine Le Bail, Caterina Pasqualino avec les chanteurs Les Cris de Paris

Au guichet, il y a toujours une personne qui génère un son et une autre qui l’absorbe.
Que se dit-il ? entre forme d’adresse directe, messe basse et bavardage quelle place pour l’écoute ? et la retranscription de ce qui est entendu à travers la vitre ?
Réflexion sur la logique bureaucratique, et la fonction subversive du son et de l’image.
Comment mettre en scène cinématographiquement et musicalement l’espace anonyme, interchangeable, hiérarchique des guichets ? lieu de la confrontation à un bureaucrate. Le burlesque peut-il remplir un rôle ?
 
22 mai 2017 : Ce qu’imaginent nos sociétés
Les questions portées par ce film se rapprochent de la réflexion menée par l’anthropologue Maurice Godelier : « Nulle société n’a jamais été fondée sur la famille, ou la parenté ». Au fondement des sociétés humaines il y a des piliers « politico-religieux », « imaginés » par l’Homme, qui accueillent ou rejettent l’Autre.
Dans quels « imaginaires » vivons-nous aujourd’hui ? Que nous disent-ils du Réel ? Comment façonnent-ils nos paysages ?
 
12 juin 2017 : Conclusion : L’extradisciplinarité existe-t-elle ? Quel retour critique au point de départ ?

Aires culturelles : Europe, France,

Intitulés généraux :

Centre : IMM-CEMS - Centre d'étude des mouvements sociaux

Renseignements :

contacter les enseignants par courriel.

Adresse(s) électronique(s) de contact : celineveniat(at)gmail.com, cliosimon(at)gmail.com

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 5 avril 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]