Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Philosophies contemporaines de la démocratie (3) : La liberté d’expression

  • Charles Girard, maître de conférences à l'Université Jean-Moulin ( CESPRA )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 12 h à 14 h (ENS, salle Pasteur, 45 rue d'Ulm 75005 Paris), du 7 février 2017 au 16 mai 2017. La séance du 9 mai se déroulera de 15 h à 17 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris)

Dans la continuité des séminaires conduits en 2014-2015 et 2015-2016 (mais sans exiger des étudiants qu’ils y aient assisté), ce séminaire proposera une initiation aux philosophies contemporaines de la démocratie. Certaines séances seront consacrées à la discussion de contributions récentes à ce domaine en présence de leurs auteurs. Les autres séances prendront pour fil directeur l’étude des dilemmes de la liberté d’expression en régime démocratique. En quoi consiste cette liberté ? Se réduit-elle à un droit formel individuel ? Quelles limites peut-elle admettre ? Celles-ci peuvent-elles être définies sans arbitraire ni partialité ? Peut-on assurer une liberté d’expression réelle ? Quelles en sont les conditions juridiques et sociales ? Après avoir considéré les formulations juridiques les plus influentes du principe de la liberté d’expression, notamment dans les textes constitutionnels et conventionnels, on étudiera les débats philosophiques qu’il a suscité depuis la fin de la seconde guerre mondiale, en particulier dans la tradition anglophone. On considérera d’abord les principales formulations philosophiques de ce principe. Elles le relient à des fondements normatifs distincts, telles l’utilité sociale, dans la lignée millienne, ou l’autonomie individuelle, dans la lignée kantienne (T. Scanlon). Elles engagement également des interprétations rivales du droit individuel qu’il définit : droit absolu protégé contre le pouvoir politique (R. Dworkin) ou droit relatif délimité par des choix politiques (S. Fish). On examinera ensuite des catégories d’actes expressifs particulièrement contestées, et ayant concentré l’affrontement théorique entre approches permissives et approches répressives : la pornographie (B. Williams, A. Dworkin et C. Mackinnon) et les discours de haine (R. Post, J. Waldron). On étudiera enfin les théories enracinant le principe de la libre expression dans l’idée du gouvernement du peuple par et pour le peuple (A. Meiklejohn, C. Sunstein) et rejoignant par-là l’intuition tocquevilienne selon laquelle « dans un pays où règle le dogme de la souveraineté du peuple, la censure n’est pas seulement un danger, mais encore une grande absurdité ». Il s’agira d’évaluer si une interprétation spécifiquement démocratique de la liberté d’expression est à même de résoudre les difficultés conceptuelles et théoriques soulevées par ce droit, régulièrement célébré en son principe et constamment contesté dans sa pratique.

La bibliographie, le calendrier de lecture et les textes seront distribués en début de semestre.

Mots-clés : Démocratie, Philosophie, Politique,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Adresse(s) électronique(s) de contact : charles.girard(at)univ-lyon3.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 5 mai 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]