Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Croire/ne pas croire

  • Jean-Pierre Cavaillé, maître de conférences de l'EHESS (TH) ( LISST-CAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 16 h à 18 h (EHESS-Toulouse, Maison de la recherche de l'UTM, allées Antonio-Machado 31000 Toulouse), du 19 janvier 2017 au 18 mai 2017

Nous poursuivrons notre enquête sur les notions de croyance et d’incroyance, de crédulité et d’incrédulité entamée l’année dernière. Après avoir accompli un travail de déconstruction de ces notions, dans le sillage de Rodney Needham, de Roberte Hamayon et de Jeanne Favret-Saada, nous sommes parvenus à la constatation que ces couples indiquent de fausses oppositions car leurs usages montrent que l’incroyance menace toujours déjà la croyance, même celle qui se déclare comme la plus absolue, dès lors qu’elle suppose et intègre la possibilité de ne pas croire. Dans la dramaturgie de la foi chrétienne, le moment du doute, de la déréliction, de l’incrédulité est même un passage obligé du processus de conversion et d’adhésion. Mais bien au-delà de l’univers chrétien, dans les langues qui ne connaissent pas d’équivalents de notre « croyance » polysémique et contradictoire, et dans les sociétés où rien ne correspond à un corpus dogmatique auquel il faille adhérer inconditionnellement (un « credo »), se pose tout autant la question de l’incertitude, du doute, de la défiance à l’égard des manifestations (toujours partiellement) contre-intuitives du « surnaturel » (y compris là où l’opposition nature et surnature n’est pas pertinente).

Une bonne base d’étude est offerte par les croyances sorcellaires et les pratiques antisorcellaires présentes dans toutes les sociétés humaines, y compris la nôtre ; croyance et doute, confiance et défiance, savoir et scepticisme, terreur sacrée et soupçon de charlatanisme y sont inextricablement mêlés. C’est à l’analyse des modalités de cet emmêlement, de cette intrication du croire, du mécroire et du décroire que nous nous emploierons à travers des études de cas spécifiques, empruntés à la littérature ethnographique ou au travail de terrain.

Aires culturelles : Europe,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie historique

Intitulés généraux :

  • Jean-Pierre Cavaillé- Histoire intellectuelle de l’Europe moderne
  • Renseignements :

    enseignement délivré à Toulouse, second semestre.

    Direction de travaux d'étudiants :

    Université Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, bureau 432, contact par courriel.

    Réception :

    contact par courriel.

    Site web : http://www.ethno-info.com/index.php?id=441

    Adresse(s) électronique(s) de contact : cavaille(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 16 juin 2016.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]