Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La Chine républicaine (1912-1949) : nouvelles approches historiques

  • Xavier Paulès, maître de conférences de l'EHESS ( CCJ )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • David Serfass, doctorant à l'EHESS ( CRH )
  • Delphine Spicq, maître de conférences au Collège de France ( Hors EHESS )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er, 3e et 5e mardis du mois de 13 h à 15 h (salle de réunion, IMAF, 2e étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 18 octobre 2016 au 6 juin 2017. La séance du 15 novembre est annulée. Les séances du 17 janvier au 18 avril se dérouleront en salle de réunion, IISMM, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris. Pas de séance le 31 janvier 2017

Cette année, le séminaire explorera un vaste continent de la production historiographique sur la Chine républicaine : le genre biographique. Le fait qu’une proportion importante des travaux historiques consacrés à la République prenne la forme de biographies n’est assurément pas un phénomène nouveau. Mais pendant longtemps, les études se sont presque uniquement consacrées aux principales figures intellectuelles et surtout politiques (leaders du Guomindang, du Parti communiste chinois ou encore grands seigneurs de la guerre).

Depuis une quinzaine d’années, le genre tend à se renouveler. Une attention considérable est désormais portée à des figures plus secondaires telles que diplomates, administrateurs ou encore certains personnages relevant de la marginalité (chefs de société secrète). Le développement des biographies de femmes est notable, tandis que se fait également jour un souci de rendre compte de la vie de personnes ordinaires, à l’image de Liu Dapeng, cet obscur petit notable de la province du Shanxi magistralement tiré du néant par Henrietta Harrison.

D’un point de vue plus méthodologique, on se déprend de l’approche classique centrée sur un seul individu que l’on suit du berceau à la tombe. Des biographies prennent la tournure d’histoires familiales. Certains historiens (David Strand, Pierre-Étienne Will) mènent en parallèle l’étude de plusieurs individus en montrant comment certaines convergences de leurs parcours personnels mettent au jour des tendances profondes de la société dans laquelle ils vivent. L'approche prosopographique – qu'elle porte sur les élites économiques shanghaïennes (Marie-Claire Bergère) ou encore les fonctionnaires locaux sous l'occupation japonaise (Pan Min) – permet d'affiner notre compréhension de la période républicaine. 

Enfin, nous porterons une attention toute particulière à un phénomène important concernant l’historiographie chinoise : la récente réévaluation de certaines figures auparavant clouées au pilori comme Jiang Jieshi ou encore les grands entrepreneurs du capitalisme chinois des années 1920-30, au sujet desquels les études se sont multipliées ces dernières années. Cette tendance historiographique témoigne des progrès de la recherche mais participe également d'enjeux mémoriels directement liés à la construction d'une nouvelle légitimité du pouvoir en place. 

16 mai : Andrew F. JONES

Site(s): Andrew F. Jones

Andrew F. Jones est professeur et titulaire de la chaire Louis B. Agassiz d’études chinoises à l’université de Californie - Berkeley, où il a obtenu sa thèse de doctorat en 1997. Il y enseigne la littérature chinoise moderne et la culture des médias. Ses centres d’intérêt sont plus précisément la musique, le cinéma, la technologie des médias, la fiction moderne et contemporaine, la littérature pour enfants, et l’histoire globale des années 1960.

Il est l’auteur de Like a Knife: Ideology and Genre in Contemporary Chinese Popular Music (Comme un couteau: idéologie et genres dans la musique populaire chinoise contemporaine ; Cornell East Asia Series, 1992) et de Yellow Music: Media Culture and Colonial Modernity in the Chinese Jazz Age (Musique jaune : culture des médias et modernité coloniale à l’ère du jazz en Chine, Duke University Press, 2001). Il a édité un numéro spécial de positions : east asia cultures sous le titre The Afro-Asian Century (Le siècle Afro-asiatique) et a traduit des œuvres littéraires de Yu Hua ainsi que des essais d’Eileen Chang (Written on water, Columbia University Press, 2005). Ses derniers ouvrages sont Developmental Fairy Tales: Evolutionary Thinking and Modern Chinese Culture (Contes de fées développementaux : la pensée évolutionniste et la culture chinoise modere, Harvard 2011) et un volume coédité avec Xu Lanjun, La découverte de l’enfant. Le problème de l’enfant dans la littérature et la culture chinoise moderne, presses de l’Université de Pékin, 2011.

Conférence : "Hei Ying's Pagan Love Song. The life and work of a 1930s Shanghai modernist writer, narrated through the lens of the Hawaiian-inflected interwar popular music"

Mots-clés : Historiographie,

Aires culturelles : Asie orientale, Chine,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

  • Xavier Paulès- Une histoire sociale des plaisirs. Opium et jeux de hasard dans la Chine de la première modernité (1850-1949)
  • Centre : CCJ - Chine, Corée, Japon

    Renseignements :

    écrire à l'enseignant référent.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    prendre rendez-vous.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : xavier.paules(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 9 mai 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]