Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La prédation masculine (rapports de sexes, parenté et méga-aires culturelles). 2

  • Emmanuel Désveaux, directeur d'études de l'EHESS (TH) ( IMM-LiAS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Lundi de 11 h à 13 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2016 au 12 juin 2017

Si la doxa du genre rejette tout naturalisme au regard du féminin, elle se montre moins tranchée en la matière en ce qui concerne le masculin. Elle s'accommode en effet d'une vision éminemment prédatrice du masculin face à laquelle elle prône d'ailleurs tantôt la neutralisation de la polarité sexuelle – ainsi dans l'univers professionnel – tantôt une féminisation, serait-elle requalifiée de care, de la vie sociale et intime. Nous mettrons à l'épreuve un tel dispositif à travers un double décentrement : d'une part, en revisitant les conceptions de la polarité sexuelle qui prévalent dans d'autres aires culturelles, notamment en Amérique autochtone ; d'autre part, en examinant ses propres formes marginales que sont, en Occident, le carnaval d'un côté, la prostitution et la pornographie de l'autre. Il s'agira alors de montrer que si cette figure du mâle prédateur relève d'une structure profonde dans l'imaginaire occidental, elle n'a rien d'universel. Dès lors, le séminaire, qui poursuit une réflexion entamée les années précédentes, tendra à revitaliser autour de la question de la différence des sexes l'héritage de l'anthropologie lévi-straussienne. Il cherchera également à lui conférer une dimension spatiale, autrement dit à reconnaître l'existence d'aires culturelles de grande ampleur, ce que l'auteur de Tristes Tropiques semble n'avoir jamais voulu faire. 

28 novembre 2016 : Alice Van den Bogaert (Université Autonome de Barcelone, Departamento de Antropologia Social y Cultural), « L’impureté symbolique et les rapports hommes/femmes en Himachal Pradesh »
Lors de ce séminaire, basé sur une ethnographie de longue durée dans la vallée du Jalori (Himachal Pradesh, Inde), nous nous centrerons sur les rapports de genre et les relations entre castes à partir des discours sur les corporalités multiples et sur l’impureté symbolique, en analysant notamment les manières dont les corps sont symboles et instruments de discrimination mais également de résistance, de négociation et de transformation sociale. Nous argumenterons notamment en quoi l’impureté symbolique peut être analysée en tant qu’ouverture du groupe, tant en ce qui concerne celle des femmes que celle des castes.

 

Aires culturelles : Amérique du Nord, Amérique du Sud, Europe,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :

  • Emmanuel Désveaux- Anthropologie néo-structurale
  • Renseignements :

    Hélène Seiler-Juilleret, tél. : 01 49 54 35 46.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous uniquement.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    ouvert aux étudiants en master.

    Site web : http://lias.ehess.fr/index.php?798

    Adresse(s) électronique(s) de contact : desveaux(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 25 novembre 2016.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]