Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Sociologie des judaïsmes contemporains

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er mardi du mois de 15 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 6 décembre 2016 au 6 juin 2017

Le XXe siècle et le début du XIXe siècle ont profondément transformé la condition juive. La démographie, les structures, les modes d’appartenance ont évolué consécutivement à la Shoah, puis à la création de l’État d’Israël, enfin aux migrations engendrées par les décolonisations et la fin de l’empire soviétique. Ces bouleversements successifs eurent des effets particulièrement puissants sur la judéité, renouvelant la manière dont les juifs, dans leur grande diversité, envisagent et expriment leur appartenance au monde juif. Aux références traditionnelles, religieuses et populaires, qui avaient nourri la culture juive millénaire, se sont imposées d’autres références : un rapport au passé désormais marqué par le génocide ; un impossible retour dans de nombreux pays autrefois centraux de la vie juive ; un horizon israélien à la fois majeur et problématique, une différence de plus en plus marquée entre la condition juive dans les sociétés démocratiques et les sociétés non démocratiques. Quels sont aujourd’hui les ressorts de la fidélité au judaïsme ? Comment se transmet-elle dans des contextes de brassage culturel et de mixité religieuse ? Quelle part l’adhésion à la laïcité et la culture laïque y ont-elles pris ? Quels sont les acteurs et les actrices de la perpétuation identitaire aujourd’hui (individus, organisations) ? Quels sont les facteurs de cohésion mais aussi de division d'une judaïcité géographiquement, politiquement, linguistiquement, culturellement et religieusement plurielle ? En quoi la violence terroriste qui a visé ou qui vise des lieux de la diaspora, affecte-t-elle la perception que les juifs se font de leur appartenance nationale et conduit-elle à reposer la question de leur participation citoyenne ? Quels enseignements peut-on tirer de ces expériences identitaires contrastées, oscillant entre tentation communautaire et individualisme, pour la sociologie et l'anthropologie des minorités et des migrations ?

6 décembre 2016 : Sophie Nordmann (philosophe, PRAG à l'EHESS), « Judaïsme et philosophies de l'altérité »

7 février 2017 : Judaïsmes. Parcours dans la modernité, séance coordonnée par Chantal Bordes-Benayoun

  • L'attrait de la modernité : Chantal Bordes-Benayoun, LISST-Centre d'anthropologie sociale (CNRS UMR 5193/Université Toulouse Jean Jaurès)
  • De la tradition à la modernité : Michel Abitbol, Université hébraïque de Jérusalem
  • Parcours des juifs d'Algérie et pieds-noirs dans le cinéma français (1965-2005) : Merlin Lambert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • La modernité juive vue depuis l'Argentine : Sébastien Tank-Storper, CéSor - Centre d'études en sciences sociales du religieux (EHESS)

7 mars : Ilan Greilsammer, professeur à l’Université Bar Ilan à Tel Aviv "Les lignes de front entre religieux et non-religieux dans
l'Israël d'aujourd'hui"

Intitulés généraux :

  • Rita Hermon-Belot- Pluralité religieuse et laïcité dans l'histoire française, XVIIIe-XXe siècle
  • Centre : CéSor - Centre d'études en sciences sociales du religieux

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur avis des enseignants.

    Réception :

    sur rendez-vous pris par courriel auprès de l'un des enseignants.

    Niveau requis :

    sur avis des enseignants.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : chantal.bordes(at)univ-tlse2.fr, Rita.Hermon-Belot(at)ehess.fr, sebastien.tank(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 28 février 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]