Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Genre, génération, ethnicité. Explorer les mobilités des Nord(s) vers les Sud(s)

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er mercredi du mois de 10 h à 13 h (salle 015, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 2 novembre 2016 au 7 juin 2017. Séance supplémentaire le 30 novembre (même heure, même salle). La séance du 4 janvier est reportée au 11 janvier (salle 1, bât. Le France). La séance du 1er mars est reportée au 8 mars, même heure (salle 1, RdC, Bât. Le France)

Les séances des 3 mai et 7 juin 2017 se dérouleront en salle A06_51 (6e étage) 54 bd Raspail 75006 Paris.

Dans la continuité de la réflexion engagée depuis 2010 sur les phénomènes migratoires en tant que champ façonné par des cadres normatifs – à une échelle locale, nationale et globale – et les logiques subjectives d’acteurs, nous nous concentrerons cette année sur les mobilités (professionnelles, amoureuses, identitaires, mémorielles, sanitaires, humanitaires etc.) des Nord(s) vers les Sud(s).

L’étude des migrations s’est le plus souvent centrée sur l’acteur se déplaçant du Sud vers le Nord - et plus récemment du Sud vers le Sud – envisagé à travers des prismes analytiques de plus en plus diversifiés renouvelant sans cesse les conceptions de la réalité migratoire. Or, les travaux initiés par les tourist studies, les lifestyle migrations ou portant sur l’internationalisation des carrières professionnelles ne cessent d’attirer l'attention sur la variété et la complexité des flux du Nord vers le Sud. À la croisée du débat autour du thème de la mobilité, des circulations migratoires, de l’expansion des études globales et des approches postcoloniales, les migrations Nord-Sud offrent en effet un terrain d’études fertile et pluridisciplinaire pour penser autrement les mobilités contemporaines et leur dynamisme tout comme les rapports sociaux et intersubjectifs entre Nord et Sud entre « l’Occident » et le « reste du monde ».

Le séminaire se structure autour de trois principaux axes de travail :

  • Un axe épistémologique invitant à situer théoriquement et méthodologiquement les migrations Nord-Sud au sein de diverses approches et disciplines. Peuvent-elle être appréhendées avec les outils développés dans le cadre des études sur les migrations ? La question de la production catégorielle autour des migrations Nord-Sud ainsi que celle du droit à la mobilité seront particulièrement mises en discussion.
  • Un axe socio-historique questionnant notamment l’un des présupposés les plus courants qui consiste à penser les migrations du Nord vers le Sud comme une continuité du phénomène colonial. Qu’en est-il des ruptures et des continuités avec cette histoire ? Comment les acteurs de ces migrations investissent-ils cette histoire ?  
  • Un axe empirique porté par l’ambition de se placer au plus près des terrains et des subjectivités des acteurs afin d’explorer la diversité des figures, des trajectoires, des pratiques et des imaginaires qui animent ces migrations Nord-Sud dans des contextes variés. Quels sont les facteurs déclenchant une installation dans un pays du Sud ? Quelles sont les logiques d’installation à l’œuvre ? Quelles relations ces acteurs construisent-ils entre eux et avec les sociétés locales ?

2 novembre 2016 : Eve Bantman-Masum (Université Jean Jaurès/Lisst-Cieu, CNRS - associée au CAS, CNRS) :  « Le style de vie des migrants : pratiques, économie, politique »

30 novembre 2016 : Thomas Faist (Professor, Sociology of Transnationalization, Development & Migration ; Bielefeld University, Faculty of Sociology), « Transnational Social Protection: Migrants' Strategies and Patterns of Inequalities »
How migrants organise their social protection is not a straightforward process but one which takes into account the manifold state regulations, supranational frameworks and civil society organisations, as well as the migrants themselves and their significant others spread across various state borders. This presentation examines the social protection strategies of migrants, the ways in which transnationality shapes the access and use of informal social protection, and their implications for life chances and thus the production of social inequalities.The regional focus is on transnational social spaces between Germany-Turkey, Germany-Poland, and Germany-Kazakhstan. Special attention is given to the influence of transnationality, defined as a marker of heterogeneity, on distribution of informal social security services. More specifically, the research will focus on how transnationality interacts with other markers of heterogeneities such as gender, class, ethnicity, and legal status, and the ways in which this affects migrants’ access to information exchange, remittances, and care.

7 décembre 2016 :

  • Fatiha Kaoues (Post doc à l'IMAF Institut des mondes africains), « Mobilités religieuses des Nords au Suds : l'exemple des missionnaires évangéliques occidentaux dans le monde arabe »
  • Frédérique Louveau (Université Gaston Berger de Saint-Louis (LASPAD/LPED), « Trajectoires d'une religion japonaise portée par des Européens vers l'Afrique »

11 janvier 2017 :

  • Irène Dos Santos (chargée de recherche CNRS, URMIS-UMR 8245, Université Paris-Diderot) « Configurations identitaires dans les mobilités « nord-sud » entre le Portugal-Angola : les cas de Portugais et luso-angolais à Luanda »
  • Anna Chruscinska (docteure en sociologie, Université Paris-Descartes), « Les Polonais du Cap (Afrique du Sud). Quelle relation entre les itinéraires migratoires et les relations avec la société d'accueil ? »

1er février 2017 :

  • Amélie Le Renard (chargée de recherche CNRS, Centre Maurice-Halbwachs), « Performer l'égalitarisme. Les Français-e-s de Dubaï et les employées domestiques »
  • Magdalena Brand (docteure en sociologie, CSU-Cresppa), « "La géographie des espaces domestiques et sexuels au service des expatrié-e-s français-e-s dans la ville de Bangui (RCA) : revisiter les espaces publics et politiques »

8 mars 2017 : Daniela Melfa, Professeure associée à l’Université de Catane (Italie), « Être migrants à l’époque coloniale : chances et défis des Italiens dans le protectorat français de Tunisie »
Le séminaire s’interroge sur le statut des Italiens de Tunisie à l’époque coloniale à travers l’expérience des Italiens installés dans les zones rurales. Est-ce qu’ils rentrent dans la catégorie de migrants ou bien de colonisateurs ? Est-ce que l’expérience des colons peut être conçue en dehors du cadre de la colonisation ? L’analyse de ce microcosme s’articulera autour des phases suivantes : l’arrivée, l’implantation et le départ. La typologie des flux migratoires, l’évolution du cadre juridique, l’acquisition de biens fonciers, les relations intercommunautaires, sont tous des aspects susceptibles d’apporter des éclaircissements.

Mercredi 3 mai, de 10 h à 13 h : nous accueillerons Nadège Chabloz (anthropologue, Institut des mondes africains, EHESS, Paris)  « Peaux blanches, racines noires. Quêtes spirituelles et thérapeutiques d'Européens en Afrique (Gabon, Maroc) » et Colette Zytnicki (Professeure d’histoire au Département d’histoire de l’Université de Toulouse Jean Jaurès) : « Le tourisme fait-il partie du dispositif colonial ? L'exemple des pratiques et des politiques touristiques en Algérie (1860-1962) ». Salle A06_51 (6e étage) 54 bd Raspail 75006 Paris.
 
Jeudi 4 mai, de 10 h à 13 h, Joaquin Arango (Professeur de sociologie à la Facultad de Ciencias Políticas y Sociología, Universidad Complutense de Madrid), animera une master class autour de la question des régimes de migration contemporains. Salle 13, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris.

The aim of the presentation is two-fold: to put forth and discuss the notion of migration regimes and to identify the major types, or ideal-types, of migration regimes existing in our days. It will start with the claim that the concept of migration regimes – or, better, of migration and citizenship regimes - provides a rich framework for the understanding of immigration policies, of their determinants and of the limits within which they take place, and for the comparison of different national policies. It will then discuss the foremost variables for the identification of migration regimes and will compare the four major migration regimes to be found in our time: ‘post-classical’, ‘European’, ‘contract labor’ and ‘developmental’.

7 juin 2017 : Discussion/Conclusion, Alexandra Poli (Chargée de recherche CNRS au CADIS), Liza Terrazzoni (Chercheuse contractuelle au CADIS)

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Renseignements :

par courriel à Zouhour Ben Salah ou par tél. : 01 49 54 23 06, EHESS, bureau 440, 190 av de France 75013 Paris.

Direction de travaux d'étudiants :

par courriel à Zouhour Ben Salah ou par tél. : 01 49 54 23 06, EHESS, bureau 440, 190 av de France 75013 Paris.

Réception :

sur rendez-vous.

Site web : http://cadis.ehess.fr/

Adresse(s) électronique(s) de contact : Zouhour.Ben-Salah(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 15 mai 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]