Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

  • Accueil
  • 2016-2017
  • Enseignements
  • Foncier, villes et territoires au Brésil : histoire et historiographie. Approches régionales et perspectives transnationales

Foncier, villes et territoires au Brésil : histoire et historiographie. Approches régionales et perspectives transnationales

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 13 h à 15 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2016 au 30 mai 2017

Comme l'année dernière, ce séminaire portera sur l’articulation entre configurations spatiales et sociétés au Brésil, dans une perspective comparative, de longue durée, sensible aux différentes échelles ainsi qu’aux mots qui désignent les espaces et leurs occupants. Il alternera des séances consacrées aux aspects épistémologiques et méthodologiques et des séances thématiques. Nous poursuivrons l'analyse des débats anciens et actuels autour de la question foncière (dans les zones urbaines et dans les zones rurales « consolidées », mais aussi dans les fronts pionniers à différentes époques) et aborderons également la morphologie et la « topographie sociale » des villes. 

22 novembre 2016 : Temistocles Cézar (professeur d'histoire à l'Université Fédérale de Rio Grande do Sul), « L'espace brésilien dans l'historiographie du XIXe siècle »

Iris Kantor, historienne, professeure à l'Université de São Paulo (USP), invitée à l'EHESS en 2017

17 janvier : L'imagination géographique et la formation du Brésil: cartes, statistiques, discours historiques (1750-1850)
Le but est d'analyser un siècle de pratique cartographique à l'intérieur du Brésil ainsi que dans les régions frontalières, pour identifier les logiques d'attribution de noms de lieux, face aux initiatives des réformes territoriales stimulées par la Couronne Portugaise jusqu'en 1850. L'objectif sera d'explorer les contrastes entre la documentation produite sur place et le travail effectué dans les cabinets diplomatiques. Les statistiques et les mémoires géographiques seront utilisées pour comprendre le répertoire d'informations qui a été utilisé par les cartographes Portugais, Brésiliens et étrangers. Nous allons nous interroger sur la présence de cette information dans les travaux des naturalistes étrangers qui utilisèrent ces données pour faire leurs itinéraires et également pour projeter une unité géo-politique et sociale du futur état impérial.

24 janvier : Le commerce d'esclaves en atlantique dans les cartes géographiques (1750-1850)
Le séminaire étudiera la circulation militaire, ethnographique et commerciale de l'information sur les affaires du commerce d’esclaves véhiculées dans la cartographie produite par les différents empires maritimes. Il se penchera sur la  manière avec laquelle les informations  ont été graphiquement présentées. Nous nous concentrerons sur ces données cartographiques en identifiant la toponymie, l'iconographie, la représentation des routes de navigation et des ports d'embarquement des esclaves pour observer les changements de réseaux négriers pendant la fin du XVIIII ème siècle jusqu'à la campagne abolitionniste Anglaise.

31 janvier : Les réseaux diplomatique, les maisons d'éditions et le patriotisme cartographique (1750-1850)
A partir d'analyses d'une série de cartes géographiques élaborées par des cartographes d'origine ecclésiastique et aussi populaire,  nous explorerons la manière comment le territoire du Brésil fut conçu par les différents groupes sociaux du Brésil au cours du processus de construction de l'Etat national indépendant. Comment ces pratiques populaires réussirent à utilisé une information qui circulait seulement dans les cabinets diplomatiques et militaires. Nous ferons une étude sur la circulation d'atlas, de circuits géographiques dans les principales bibliothèques publiques et particulières dans l'Amérique Portugaise au moment  de son indépendance

7 février : Les Atlas à l'âge des indépendances ibéro américaines: une perspective de comparaison
Le séminaire a pour objectif d'explorer les connections et les comparaisons entre  la cartographie ibéro-américaine et Européenne, se concentrant sur les Atlas publiés au moment des révolutions de l'Indépendance. Quelles sont les façons de représenter les frontières internationales ? Comment le principe de l'uti possidetis a été appliqué à la cartographie de l'ère de la révolution. Quels sont les répercussions cartographiques des négociations diplomatiques entre les nouvelles républiques américaines et la monarchie brésilienne. Comment la souveraineté territoriale a été représentée graphiquement pour empêcher la circulation des esclaves et des populations amérindien dans les Atlas d'origine Portugaise et hispano-américaine.

21 mars : Junia Ferreira Furtado, Professeur à l’Université Fédérale de Minas Gerais, Brésil "Les esclaves et les affranchis dans un village minier du XVIIIe siècle (Tejuco, Minas Gerais)"
Cette présentation cherche à dévoiler l’univers des esclaves, ainsi que des hommes et femmes affranchis qui habitaient le village du Tejuco, situé dans le « district des diamants » (partie septentrionale de la capitainerie du Minas Gerais), pendant le dix-huitième siècle. Les principales sources pour étudier la composition de cette partie de la société locale sont les actes de baptême et un recensement réalisé en 1774, accompagné d’une carte. Nous aborderons les possibilités d’interprétation et les limites que ces documents imposent à l’analyse historique. Ils indiquent entre autres la prédominance des esclaves africains (par rapport à ceux nés dans la colonie) et les possibilités d’affranchissement dont disposait une partie significative de ces esclaves, spécialement les femmes.

23 mai : Emilie Stoll, anthropologue, chargée de recherches au CNRS "Acteurs et enjeux de la modernisation foncière en Amazonie brésilienne au tournant du XXe siècle"

(recherche développée en partenariat avec le géographe Ricardo Folhes et la juriste Luly Fischer (UFPA)

Aires culturelles : Amériques, Ibérique (monde),

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations des Amériques

Intitulés généraux :

  • Claudia Damasceno Fonseca- Espaces et sociétés au Brésil : villes, foncier, territoires, paysages. Approches régionales et comparatives, XVIe-XXIe siècle
  • Renseignements :

    par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

     sur rendez-vous.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    Licence

    Adresse(s) électronique(s) de contact : claudia.damasceno(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 17 mai 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]