Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2016 au 15 juin 2017

Ce séminaire a pour objectif de présenter des recherches novatrices et des travaux récents en sciences humaines et sociales sur le Japon moderne et contemporain. Les conférences seront données par des membres du Centre de recherches sur le Japon et par des intervenants extérieurs. Les thèmes abordés iront de l'histoire à la sociologie en passant par l'économie, l’anthropologie, l'éducation, ou encore l'insertion du Japon dans diverses dimensions internationales. Le séminaire s'adresse à tous les étudiants de niveau master ou doctorat qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la civilisation du Japon, et aux auditeurs libres, après accord des responsables. Les conférences se tiendront en français, en japonais avec traduction française, ou en anglais.

3 novembre 2016 : Fabian Schäfer (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg), « Much Ado About 'Nothing': The Kyōto-School as 'Media Philosophy' »
It is a commonplace in the existing secondary literature on the so-called Kyōto School (京都学派) that  this  modern  strand  of  Japanese philosophy  could  be  described  as a 'philosophy of nothingness‘ (無の哲学). Depending on the respective ideological or disciplinary perspective, thinkers proposing the idea of 'nothingness' were either apotheosized by scholars of Japanese religions as the creators of an original Japanese mysticism, or criticized as proponents of a right-wing philosophy instrumentalizing the hypostasized term to serve the Japanese wartime regime in the 1930s and 40s by their exegetes. In fact, this schismatic view on the thought of the school has hindered more flexible and fruitful re-interpretations of the thought of the school to this day. Against this background, I will argue in my paper that the school – at least for a certain time in the 1930s, but possibly also beyond this period - should be considered not as a 'philosophy of nothingness' but as one of 'mediation‘ (媒介). Following this line of thought, I will argue that not only Nishida Kitarō (西田幾多郎), Tanabe Hajime (田辺元), Tosaka Jun (戸坂潤) and Sakai Masakazu (中井正一), who tried to circumscribe or even replace the abstract notion of nothingness with concepts such as 'mediation' or 'dialectics' (弁証法) from within the school, but also thinkers usually considered to be on its margins, such as Watsuji Tetsurō and Kimura Bin, who focused on the term 'in-betweenness‘ (間柄, 間), should be reconsidered as contributors of fragments to a particular kind of 'media philosophy' (Medienphilosophie) having evolved in Japan since the 1930s.

17 novembre 2016 : Annick Horiuchi (Université Paris-Diderot) : « Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité » 
L’intervention portera sur les interprètes de Nagasaki spécialisés dans le hollandais (Orandatsûji) qui assuraient la communication entre le bakufu et les représentants de la Compagnie hollandaise des Indes orientales (VOC). On verra que l’identité sociale des interprètes avait un contour assez flou, et on se penchera sur la manière dont ils pouvaient échapper à leur condition première qui était celle de marchand et rejoindre la classe guerrière. On s’intéressera également à un autre aspect de leur identité, qu’on pourrait qualifier de « nationale ». On évoquera les exemples où les interprètes n’ont pas hésité à délaisser les intérêts du shôgun pour adopter une position favorable aux Hollandais ou aux étrangers et on s’interrogera sur leurs motivations. Enfin, en dernier lieu, on se penchera sur leur identité en tant qu’individu, les aspirations, les ambitions personnelles que certains d’entre eux ont pu nourrir du fait de leur connaissance de la langue hollandaise ou d’autres langues occidentales.

1er décembre 2016 : Kiri Paramore (Université de Leiden), « Confucianism and Sinosphere as Non-Chinese : a Globalized History of Early Modern and Modern Confucianism »
Comprised of two parts, one on early modern history, and one on modern history, this talk attempts to problematize the traditional association of both Confucianism and broader ideas of a Sinosphere with Chinese culture and identity.
The first part of the talk argues that by the early modern period (at least by 1650) Confucianism operated across East Asia, both in configurations of culture and identity, and through institutional frameworks like diplomacy, in ways where it was clearly differentiated as a universalist paradigm against ethnic and cultural conceptions related to states. This was the case in Vietnam, Japan, Korea, but also in China. This differentiation relied upon shared understandings for how universalist paradigms could interact with a diversity of ethnic, cultural and national identities in different states, and an inherent acceptance of that diversity. The second part of the talk argues that in the modern period (particularly after the 1880s), in a global political context much less open to diversity, ownership of a more narrowly defined Confucianism was rather fought out between the different nation states, with Japan in particular powerfully employing Confucianism as a key plank in its pan-Asian ideology of imperialism in East and Southeast Asia. This kind of nationalist employment was later replicated in ROC Taiwan, South Vietnam and other states. In both the early modern and modern examples discussed, Japanese states, thinkers, and examples provide a particularly clear insight into complex ways that ideas of Sinosphere and Confucianism  were disengaged from simple concepts of China during both these periods.

15 décembre 2016 : 12e colloque de la SFEJ organisé à l’Université Jean Moulin - Lyon 3

19 janvier 2017 : Robert Tuck (Université de Montana), « Idly Scribbling Rhymers: Poetry and Community in Nineteenth Century Japan »
Discussions of Japanese literary modernity generally center on prose fiction rather than poetic genres, despite the important role poetry played in premodern Japanese literary culture. This paper, however, foregrounds two traditional poetic genres, kanshi (Sinitic poetry) and waka (modern tanka), and their role in Meiji-era (1867-1912) discourses of national literature (kokubungaku 国文学). As Meiji critics grappled with the creation and kokushi 国詩),” they also attempted in tandem to delineate the boundaries of national-poetic community. Exploring the poetry and critical writings of Meiji poets Masaoka Shiki 正岡子規 (1867-1902), Yosano Tekkan 与謝野鉄幹 (1873-1935), and kanshi poet Kokubu Seigai 国分青厓 (1857-1944), I highlight the fault lines and unstable boundaries of this national-poetic community, arguing that Japanese poetic modernity resisted the idea of nation and national-poetic community as synonymous. Tekkan, Seigai et al’s definitions of poetic community through exclusion and hierarchy – that is, who should not be a Japanese poet – complicate previous narratives of Meiji national literature that stress literary works as a focal point for visions of a cohesive national community.      
In both kanshi and waka, political factionalism and notions of hierarchical masculinity were major fault lines in the national-poetic project. The 1870s popularity of quasi-erotic kanshi, the so-called “fragrant-style (Ch. xianglian ti, J. kōrentai香奩体),” elicited attacks on practitioners as immoral, feminized, and corrosive to ‘proper,’ vigorous masculinity. With “fragrant-style” poems popular within the Meiji government, poetic masculinity became entangled with political factionalism, anti-government poets (notably Seigai) conflating poetics and politics to paint fragrant-style poets as weak and unworthy to represent the nation. Similar anxieties over poetic effeminacy influenced Meiji discussions on waka; despite government promotion of waka as a national poetry, as in the imperially-convened New Year’s Poetry Party (utakai hajime 歌会始) and official Bureau of Poetry (Outadokoro 御歌所), much Meiji discourse on waka reflected concerns that the genre’s themes of wistful love made it insufficiently ‘manly.’ As Tekkan condemned the Outadokoro as effeminate and waka as “women’s literature,” here too fault lines of gender and political factionalism disrupted the seemingly natural adoption of waka as a national poetry.  

2 février 2017 : Yuliya Osadcha Ferreira (National Academy of Sciences of Ukraine; Kyiv), « Literary Process in Early Meiji Japan : Tendencies, Milestones and Accomplishments »
The establishment of a modern literary discourse in Meiji Japan required the creation of new and fundamentally different prose from the entertaining and didactic gesaku (戯作) of the Edo period or classical medieval literature of the Heian period. For creating this new kind of prose, Japanese literati needed to put in place new tools to recast and develop the modern Japanese literature.
First, they had to create a clear new literary language through which writers would be able to convey to their ideas to reader of all social strata regardless of their level of education. Second, they were led to "re-invent" the fiction into a specific genre of shōsetsu (小説), along with a canon and content. Third, they also had to work on changing traditional view of fiction-writing from the frivolous pursuit belonging to the entertainment world into a professional activity of social import, with its own high-minded milieu of writers and literary critics.
This reconfiguration of literary production took place at a time of deep social upheaval in Japan and with eyes fixed on modern European poetics, which - in its great variety - was difficult for Japanese authors to grapple with. For the success in the creation of new and original texts, Japanese writers were indebted to their experience of European authors’ translations.
This talk will revisit the social history of Meiji literature, from the 1868 Restoration to the mid 80s. It will show how the formation of a new literary and critical discourse in Japan have been the fruit of not only processes internal to the literary world but was in many ways shaped by extra-literary phenomena such projects undertaken under the banner of  "civilization and enlightenment" (文明開化), the movement for the unification of the spoken and written language (言文一致運動), and educational reforms, the development of journalism and the emergence of the professional literary milieu (文壇).

16 février 2017 : Yola Gloaguen (Collège de France), « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930: divergence et harmonisation des savoirs faire et des techniques dans le processus de création architecturale »
À l’été 2015, la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris présentait une exposition intitulée « Japon, l’archipel de la maison ». Organisée en trois sections thématiques – « Maison d’hier », « Maison de Tōkyō », « Maison d’aujourd’hui » – cette exposition « cherchait à donner des repères historiques et contextuels clairs pour mieux comprendre l’élaboration de ces lieux de vie, que sont avant tout les maisons dessinées par des architectes au Japon ».
L’objectif ainsi énoncé fait directement écho à la recherche à laquelle je me consacre depuis une dizaine d’années, sur la conception et la construction de l’habitat individuel moderne au Japon. Dans la perspective d’une histoire globale de l’architecture moderne, le but de cette recherche est de fournir les éléments nécessaires à la compréhension de la période de l’Entre-deux-guerres ; celle-ci constitue en effet une étape cruciale de la transformation des maisons traditionnelles japonaises en bois, conçues et construites par des charpentiers, en maisons contemporaines d’architectes. Par leur remise en question du paradigme occidental du mode d’habiter et de la conception de l’espace, ces dernières engendrent à la fois fascination et interrogation, voire une certaine incompréhension. Pourtant, la rencontre entre le Japon et le monde occidental de la fin du XIXe siècle et les influences croisées qui en découlèrent sont au cœur de ce processus. De ce point de vue, les dynamiques d’assimilation, mais également de divergence à l’œuvre sur le plan de la conception et de la construction architecturale restent largement méconnues.
La recherche conduite entre le Japon et la France a été jusqu’à présent menée sous la forme d’une étude de cas, celui de l’architecte tchèque naturalisé américain Antonin Raymond (1888-1976) et des villas qu’il réalisa avec son équipe dans le Japon de l’Entre-deux-guerres. En partant du postulat selon lequel le contexte japonais des années 1920 et 1930 avait conditionné l’acquisition et l’élaboration d’un certain nombre d’outils théoriques et pratiques, le travail proposait de décrypter le processus de conception architectural qui avait conduit Raymond à créer quelques-unes des réalisations de référence de l’architecture moderne des années 1920 et 1930 au Japon. La présentation sera consacrée aux diverses facettes de ce processus ainsi qu’à leur application concrète dans la réalisation de villas, en accordant une attention particulière aux questions de divergences et d’harmonisation des savoirs et des techniques.

2 mars 2017 : Cléa Patin  (Université Jean Moulin-Lyon 3), « La fabrique de l'art dans le Japon moderne et contemporain »
Le rôle très actif des Japonais sur le marché de l’art international dans la seconde moitié des années 1980 a fait couler beaucoup d’encre, tant dans la presse nationale et étrangère, que les magazines spécialisés. Aux États-Unis et en Europe surtout, les Japonais ont été accusés de s’approprier de manière indue les « trésors » des pays occidentaux. Certes, le marché de l’art, dominé par les acheteurs nippons, a fourni un exemple très pur des phénomènes d’enchaînement des records, dans un objectif de rendement à court terme. De nouveaux opérateurs issus des milieux d’affaires et de la finance, rassurés par la publicité des prix en ventes publiques, stimulés par la liquidité potentielle des biens d’art et grisés par leur pouvoir d’achat, ont alors commencé à acquérir des œuvres en masse à New York, Londres ou Paris, avec le soutien de leurs mar­chands. Parallèlement, d’autres acheteurs – surtout de grands entrepre­neurs – ont aussi caressé des idéaux qui transcendaient leur sens des affaires. Heureux et fiers de pouvoir enfin posséder des chefs-d’œuvre internationalement reconnus, ils ont cherché à ouvrir leurs collections, à faire venir au Japon des tableaux dont beaucoup n’avaient vu que des reproductions, à diffuser l’art au sein de la société. La bulle a-t-elle donc mis en place des forces profondes, le Japon souhaitant agir dans le concert des nations sur la scène artistique mondialisée ? Les Japonais de l’époque ont-ils véritablement assumé une ambition de dominer le mar­ché international ? Quelles ont été les conséquences de l’éclatement de la bulle sur le quotidien des galeries et les mentalités ?
Si à l’époque la presse occidentale était particulièrement critique et acerbe, il ressort aujourd’hui que c’est bel et bien le Japon, victime d’asymétries informationnelles très fortes avec les vendeurs occidentaux, qui est sorti grand perdant de cette période d’emballement. Aussi conjoncturelle soit-elle, la parenthèse de la bulle spéculative a imprimé dans l’inconscient collectif un profond traumatisme, qui n’a pas fini de han­ter les acteurs du marché de l’art. Nous verrons d’abord que les années 1987-1989, ont vu s’opérer un élargissement spectaculaire du marché. Grisés par leurs succès financiers, des spéculateurs ont dès lors perçu dans l’investissement artistique un moyen de diversifier leur acti­vité, de contourner les restrictions tardives imposées par les autorités sur les autres marchés, voire de mener quelques opérations peu licites à des fins de refinancement ou d’évasion fiscale. Malgré un léger décalage sur le marché de l’art, tous ont cependant été rattrapés par la récession au début des années 1990, qui a engendré faillites et scan­dales en chaîne, ainsi qu’un reflux massif des œuvres.

16 mars 2017 : Nathan Hopson (Université de Nagoya), « People and Nations are Built on Food : School Meals as National Defense in Prewar Japan  »
Northeast Japan (Tōhoku) became the subject of world attention six years ago, with the triple disaster of March 2011. However, Tōhoku’s history and significance to emic understandings of Japanese self and nationhood remain poorly understood. This lecture explores the region’s place in postwar Japanese thought, focusing on the period 1980-2011. After 1945, a group of mostly local intellectuals attempted to overcome this image and rehabilitate the Northeast as a source of new national values. In the 1980s, this early postwar Tōhoku recuperation movement became a critical source for antimodern, anti-Western, neoconservative valorization of native Japanese identity. Reconceived as a repository of unspoiled and authentic Japanese national roots and traditions, the Northeast was drafted into the culture wars to support the idea that Japanese culture enjoyed a special destiny as the panacea for modernity’s ills.

(date fixée ultéieurement) avril 2017 : Arthur Mitteau (INaLCO/CEJ), « Le pan-asiatisme d'Okakura Tenshin dans l'historiographie au XXe siècle : recherche et politique »

20 avril 2017 : Federico Marcon (professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l'EHESS), « Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan »
At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

4 mai 2017 : Aline Henninger (INaLCO/CEJ), « La socialisation à l'amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

18 mai 2017 : Nakajima Takahiro (Université de Tôkyô), « Confucianism in Modern Japan »

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

  • Guillaume Carré- Histoire économique et sociale du Japon prémoderne
  • Centre : CCJ-CRJ - Centre de recherches sur le Japon

    Renseignements :

    contacter les enseignants par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    les étudiants peuvent prendre rendez-vous par courriel.

    Réception :

    les étudiants peuvent prendre rendez-vous par courriel.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : aleksandra.kobiljski(at)ehess.fr, carre(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 19 avril 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]