Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Mondes sahariens : sources, espaces, sociétés, VIIIe-XIXe siècle

  • Cyrille Aillet, maître de conférences à l'Université Lumière ( CIHAM )
  • Chloé Capel, doctorante à l'Université Panthéon-Sorbonne, ArScAn ( Hors EHESS )
  • Élise Voguet, chargée de recherche au CNRS ( IISMM )
  • Ismail Warscheid, chargé de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

3e jeudi du mois de 11 h à 13 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 17 novembre 2016 au 15 juin 2017. La séance du 17 novembre est annulée. La séance du 16 février est reportée au 23 février (même horaire, même salle)

Les espaces sahariens sont extrêmement divers, et leur histoire politique, économique et culturelle n’est généralement qu’entraperçue à travers le prisme des sociétés maghrébines et des mondes africains, dont elles constitueraient les marges. Or l’histoire des sociétés sahariennes ne peut se limiter aux seules circulations qui les relient à la Méditerranée. Les oasis du Sahara constituent un véritable archipel de cultures régionales, dont les modes d’organisation du territoire et du peuplement, les formes de vie sédentaire et les réseaux commerciaux répondent à des modèles plus variés qu’on ne le dit habituellement. Centres autonomes ou satellisés par un État ou une formation tribale de plus grande ampleur, les foyers de vie sédentaire au Sahara relèvent à la fois de l’histoire locale et de l’histoire connectée.

Les études sahariennes souffrent aujourd’hui, tout particulièrement en France, d’un repli considérable et d’un manque certain de visibilité, notamment en raison du fort morcellement des recherches entre plusieurs disciplines (histoire, géographie, archéologie, histoire des arts, anthropologie) et champs académiques (monde maghrébin, Afrique subsaharienne, histoire moderne et médiévale). Ce domaine d’étude est également très menacé par la disparition des équipes de recherches spécialisées et, bien sûr, par les difficultés d’accès aux terrains. Quant aux patrimoines matériels sahariens, ils sont par endroits menacés de disparition pure et simple.

Inspiré de l’expérience acquise dans le cadre des projets ANR « Touat » et « Maghribadite », cet atelier aura pour premier objectif de faire émerger de nouvelles ressources pour la recherche, qu’il s’agisse de fonds manuscrits, de corpus édités, de sources matérielles ou de sites archéologiques. Ouvert à toutes les formes de décloisonnement chronologique et méthodologique, il pourra également constituer un lieu de rencontre et de débat pour les chercheurs impliqués dans l’étude des mondes sahariens, quelle que soit leur discipline, et un lieu de promotion des recherches internationales les plus novatrices. À plus long terme, il s’agira de poser les jalons d'une histoire précoloniale du Sahara.

L’atelier, d’une durée de 2 h, se déroulera avec une fréquence mensuelle, à raison d’environ neuf séances par an. Chaque année sera consacrée à un thème d’étude spécifique. Les séances seront partagées entre l'intervention d'un spécialiste et une réflexion critique commune, dirigée par un autre intervenant. L’ouverture sur la recherche internationale sera conciliée avec la place laissée aux jeunes chercheurs. Deux séances de travail (de 3 h) sur les sources viendront compléter l'atelier.

Au fil des années, l’atelier abordera certains des thèmes majeurs liés à l’histoire de ces espaces, comme les modes d’organisation sociale (établissements humains, qṣūr, nomadisme…), les gestions politiques (relations avec les pouvoirs maghrébins et africains, oligarchies, pouvoirs tribaux…), l’hydraulique et les usages de l’eau, la gestion des ressources naturelles (minerais, métaux, sel), les économies de subsistance (agriculture, pastoralisme), l’islamisation, les réseaux et les produits du commerce, l’esclavage, les rites et les espaces religieux...

Programme :

15 décembre : Rahal Boubrik (Centre des études sahariennes, Université Mohamed V), La ville dans l'espace saharien

19 janvier : Sophie Gilotte et Patrice Cressier (CIHAM/CNRS) : Sedrata : un établissement oasien médiéval aux portes de Ouargla–

23 février : Youssef Bokbot (INSAP) et Jorge Onrubia Pintado (Universidad de Castilla-La Mancha) Archéologie du bassin de l’oued Noun (Maroc pré-saharien) : des villes caravanières médiévales aux igudar ruraux d’époque moderne

16 mars : Rémi Dewière (IMAF) : Anatomie d’un Etat sahélien à l’époque moderne : La matérialité du sultanat du Borno sous Idrīs b. ‘Alī (1564-1596)

20 avril : Hadrien Collet (Paris I, IMAF) : Faire une thèse sur le Mali médiéval aujourd’hui

18 mai : Ismail Warscheid (IRHT/CNRS), La justice islamique dans les oasis du grand Touat (présentation de l’ouvrage issu de sa thèse)

15 juin : Ulrich Rebstock (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg), L'institution de l'esclavage dans la littérature maure (en anglais)

 

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Site web : http://maghribadite.hypotheses.org/

Site web : http://touat.fr/

Adresse(s) électronique(s) de contact : elise.voguet(at)ehess.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 3 avril 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]