Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Oikonomia. Gouverner les pratiques quotidiennes

  • Benoît de L'Estoile, directeur de recherche au CNRS (TH) ( CMH )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Lundi de 15 h à 18 h (salle 8, ENS, Campus Paris-Jourdan, 48 bd Jourdan 75014 Paris), à partir du 3 octobre 2016

Et si « l'économie » n'existait pas ? Le terme grec « oikonomia », origine étymologique de notre terme « économie », est souvent traduit par « économie domestique »; il recouvre plutôt  un ensemble de pratiques qu’on peut traduire par « gouvernement de la maison », par contraste chez Aristote avec politiké, désignant ce qui relève du gouvernement de la cité. Plus exactement, il s’agit du « gouvernement de l’oikos », terme qui renvoie à la famille (incluant les dépendants et esclaves), à la maison, au domaine, voire au « patrimoine ». En s’appropriant ce terme dans une nouvelle acception, on se propose d’en faire une notion exploratoire d’un certain nombre de pratiques visant à assurer la « vie » (au sens de « gagner sa vie » (making a living) et la « vie bonne » ou « vie digne ». Ainsi, la notion d’oikonomia permet d’aborder ce qui est en jeu dans le « gouvernement de la maison » : l’importance d’être « maître » ou « maîtresse » de maison (en étant sensible aux enjeux de genre), les modes de conciliation entre désir d’autonomie (familiale et individuelle) et nécessité d’assurer la protection, la dimension affective et les relations de pouvoir, le maintien de la reconnaissance par les autres comme une « personne bonne » (ce que F. Bailey appelait « politique de la réputation »). Initialement développé pour rendre compte des « pratiques quotidiennes de vie » dans les mondes ruraux du Nordeste du Brésil, oikonomia peut fournir un cadre analytique pour décrire et interpréter un ensemble de pratiques quotidiennes, généralement décrites sous le vocable « économique », à partir du point de vue du « gouvernement », dans un grand nombre de situations contemporaines ou historiques, depuis la dépendance personnelle jusqu’à la recherche du statut d’« indépendant », jusqu'à une relecture de « l'économie » comme mode de gouvernement.

La dimension résolument ethnographique de cette entreprise n’est pas seulement une question de « méthode », le recours à l’enquête de terrain (ou aux archives), mais, de façon plus radicale, l’affirmation d’un point de vue, privilégiant les conceptions natives (celles de nos interlocuteurs sur le terrain), permettant de mettre en suspens la croyance ontologique qui est la nôtre en l’existence d’un univers propre qui serait « l’économie » ou « l’économique » (distinct du « politique », du « religieux », du « culturel ») en explorant d’autres modes de description des pratiques. On tentera, en s’appuyant sur ces constructions locales, de mettre en suspens le cadre économique lui-même. Autrement dit, il ne s’agit pas seulement d’affirmer, comme le font avec succès depuis un siècle l’anthropologie et la sociologie économiques, qu’il existe, dans les phénomènes et processus économiques, des aspects affectifs, politiques, moraux, mais d’explorer un cadre d’analyse alternatif. Le défi qu’on se propose est de tenter de se passer du langage de « l’économie » (y compris dans ses usages métaphoriques par les sciences sociales) pour décrire pratiques et processus. On interrogera en particulier les façons dont les transformations des espaces de contraintes et d’opportunités et la diversité des cadres de référence des acteurs contribuent à définir les pratiques.

Chaque séance, qu’elle soit consacrée à une discussion de notions, ou à la présentation d’enquêtes en cours, s’appuie sur des textes distribués à l’avance.

Programme (en cours de définition)

26-29 septembre 2016 : colloque « Gouverner les pratiques économiques »

3 octobre 2016 : « L’économie vue d’en bas : inégalité, injustice et dignité », Susana Narotzky (Université de Barcelone, professeur invité Labex TransferS) (avec Niko Besnier, Université d’Amsterdam, professeur invité Labex TransferS)

Textes discutés :

  • Between Inequality and Injustice : Dignity as a Motive for Mobilization During the Crisis (2016)
  • « Rethinking the economy » (2014)

10 octobre 2016 : « Mobilités sportives globales. Economie des corps et circulations post-coloniales », avec Niko Besnier (Université d’Amsterdam, professeur invité Labex TransferS), Susana Narotzky (Université de Barcelone, professeur invité Labex TransferS)

Textes discutés :

  • « Sports Mobilities Across Borders : Postcolonial Perspectives » (2015) ;
  • « The Athlete’s Body and the Global Condition » (2012)

17 octobre 2016 : Oikonomia. Bilan d’étape et nouvelles directions de recherche, Benoît de L’Estoile

Textes à lire en priorité :            

  • B. de L'Estoile, 2016. "Oikonomia. Une anthropologie politique de la maison".
  • Gramain A. et Weber F., 2001, "Ethnographie et économétrie : pour une coopération empirique", Genèses n° 44, p. 127-144.

Textes complémentaires :

  • B. de L'Estoile et F. Neiburg, 2012. Projet CAPES-COFECUB 2013-2016 "Modes de gouvernement et pratiques économiques ordinaires".
  • B. de L'Estoile, 2014. “Money Is Good, but a Friend Is Better”: Uncertainty, Orientation to the Future, and “the Economy”, Current Anthropology vol. 55 n°S9, pp. S62-S73.
  • Motta, Eugênia; Neiburg, Federico; Rabossi, Fernando; Müller, Lúcia (ed.); 2014. “Ethnographies  of Economy/ics”. in: Vibrant – Virtual Brazilian Anthropology, v. 11, n. 1. pp.50-55 

7 novembre 2016 : Anthropologie économique, sociologie économique, Oikonomia, Benoît de L’Estoile

Textes à lire en priorité :

Textes complémentaires :

  • Bronislaw MALINOWSKi, 1921. "The Primitive Economics of the Trobriands Islanders.” The Economic Journal 31. Pp. 1-16.
  • Benoît de L'Estoile,2016. Oikonomia or governing the house. State policies, domestic practices and "worthy life" in Northeastern Brazil.  Paper presented for Panel 06, « Oikonomia. The government of the house, 'life' and 'the good life' », EASA conference, Milano, June 2016.
  • Motta, Eugênia; Neiburg, Federico; Rabossi, Fernando; Müller, Lúcia (ed.); 2014. “Ethnographies  of Economy/ics”. in: Vibrant – Virtual Brazilian Anthropology, v. 11, n. 1. pp.50-55  http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1809-43412014000100002

21 novembre 2016 : João de Pina Cabral (Kent), « “Des gens libres”: maison, personne et considération dans la Bahia »

Textes à lire en priorité :

  • Pina-Cabral, João, 1991. “Identités familiales dans la succession des générations au sein de la bourgeoisie de Porto.” Recherches en anthropologie au Portugal 1: 39-47.
  • "The house of Mrs Trouble", extrait de João de Pina-Cabral and Vanda Aparecida da Silva, 2013 du livre Gente Livre: Consideração e Pessoa no Baixo Sul da Bahia (Free Folk: Person and Consideration in Coastal Bahia). São Paulo: Terceira Pessoa. pp. 72-99

Textes complémentaires :

  • Marcellin, Louis, « Maison et réseau domestique », 1996, extrait de L’invention de la famille afroaméricaine: Famille, Parenté et Domesticité parmi les Noirs du Recôncavo da Bahia, Brésil. thèse de doctorat à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (Programme de Post-Graduation en Anthropologie Sociale, Museu Nacional)
  • Pina-Cabral, João, 1989. “L’Héritage de Maine: L’érosion des categories d’analyse dans l’étude des phénomènes familiaux en Europe” Ethnologie Française 19: 329-340.
  • Pina-Cabral, João, 1997. “Houses and Legends: family as community of practice in urban Portugal” in Family and Kinship in Europe, Martine Segalen et Marianne Gullestad (ed.s). Pinter: London, pp. 77-102. (“Au Portugal: reconstruire sa généalogie, garder la maison” in La famille en Europe, Martine Segalen et Marianne Gullestad (ed.s), Paris: La Découverte, 1995, pp. 93-114.)  http://pinacabral.org/PDFs/017_Houses_and_Legends.pdf

28 novembre 2016 : « “Économie” et “politique” dans les mondes populaires argentins », Julieta Quirós (CONICET, Universidad Nacional de Córdoba)

Textes à lire en priorité :

5 décembre 2016 : João de Pina Cabral (Kent), « La discontinuité générationnelle : une question de théorie ethnographique »

Lectures :

  • Jaeger, Hans, 1985 [1977] ‘Generations in History: Reflections on a Controversial Concept’ History and Theory 24 (3): 273-292.
  • Ortner, Sherry B., 1998. ‘Generation X: Anthropology in a Media-Saturated World’ Cultural Anthropology 13 (3): 414-440.

16 janvier 2017 : Benoît de L’Estoile, « L’économie est-elle vraiment réelle ? Analogies, types idéaux et “cadrage économique” »

Textes :

  • Is the Economy really real? Economic notions, economic framing and beyond
  • Mitchell, Timothy, 2008. “Rethinking Economy”. Geoforum, Vol. 39, 3: 1116–1121

 Textes complémentaires :

  • Çalışkan, Koray & Michel Callon, 2009. “Economization, part 1: shifting attention from the economy towards processes of economization” Economy and Society, vol. 38, 3, 369-398. http://dx.doi.org/10.1080/03085140903020580
  • Max Weber, Concepts fondamentaux de sociologie,.Gallimard, 2016 (traduction et présentation : JP. Grossein)
  • Jean-Pierre Grossein, 2016, « Théorie et pratique de l'interprétation dans la sociologie de Max Weber », Sociétés Politiques Comparées : www.fasopo.org/sites/default/files/varia1_n39.pdf.

30 janvier 2017 : Benoît de L’Estoile, « Relire l’Essai sur le don : sociologie économique et sociologie juridique (Mauss / Vânia, 1) »

  • Marcel Mauss, 1925 “Essai sur le don: Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques.” Année sociologique, I: 30–186.notamment introduction, chapitres 1 et 2, conclusions.
  • Benoît de L’Estoile Sociologie juridique et utopie socialiste : L'Essai sur le don, de Marcel Mauss:

Lectures complémentaires :

  • Florence Weber, introduction à L'Essai sur le don, PUF, 2007
  • Jane I. Guyer,, « The Gift that Keeps on Giving », Translator’s introduction à la nouvelle traduction, Hau. Chicago University Press, http://haubooks.org/viewbook/the-gift/03_fm03
  • Lygia  Sigaud, (2002), The vicissitudes of The Gift. Social Anthropology/ Anthropologie sociale, 10: 335–358. 10.1111/j. 1469-8676.2002.tb00063.x

13 février 2017 : Benoît de L’Estoile, « Maison, domesticité, oikonomia dans une favela de Rio de Janeiro (Vânia/ Mauss, 2) »

Textes :

  • B. de L’Estoile « Je les aime comme amis, pas comme patrons ». Comment décrire des relations de dépendance personnelle ?
  • Eugenia Motta, . 2014. “Houses and economy in the favela”. Vibrant, 11(1): 118-158. http://dx.doi.org/10.1590/S1809-43412014000100005
  • Christian Geffray, « Le modèle de l'exploitation paternaliste », in L’oppression paternaliste au Brésil, Lusotopie, 1996, pp. 153-159.

Textes complémentaires :

  • Pierre Bourdieu, Esquisse d’une théorie de la pratique,
  • MacCallum & Bustamante. 2012. "Parentesco, gênero e individuação no cotidiano da casa em um bairro popular de Salvador da Bahia". Etnográfica 16(2):221-246. https://etnografica.revues.org/1476

27 février 2017 : Gabriel Noël (IDAES-UNSAM, Buenos Aires), « Prosperity and Greed: Transformations in Moral and Political Repertoires in a Middle-Sized City (Argentina) »

13 mars 2017 : Christina Toren (Saint Andrews)

27 mars 2017 : Christina Toren (Saint Andrews)

22 mai : Silvia Vignato, professeure associée d’anthropologie culturelle et sociale (Université de Milan-Bicocca, Italie) "Filmer le travail : projection et discussion sur le film Rezeki – gold and stone mining in Aceh"

Dans ce séminaire on montrera le film Rezeki – gold and stone mining in Aceh (Parsifal Reparato, Giacomo Tabacco et Silvia Vignato) dans sa double version – usage scientifique et (partiellement) circulation pour les festivals de cinéma. On présentera les défis méthodologiques lié à un usage non-professionnel mais professionnalisant de la caméra ainsi que du défi de travailler ensemble sur le même terrain.

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Intitulés généraux :

Renseignements :

cet enseignement bénéficiera de la présence de professeurs invités, notamment Susana Narotzky (Barcelone), Niko Besnier (Amsterdam), João de Pina Cabral (Kent), Cristina Toren (Saint Andrews).

Direction de travaux d'étudiants :

encadrement possible de masters et de thèses de doctorat.

Réception :

les étudiants intéressés sont priés de contacter le responsable du séminaire.

Niveau requis :

ouvert aux étudiants en master et aux doctorants.

Site web : http://ecogov.weebly.com/

Adresse(s) électronique(s) de contact : blestoile(at)gmail.com

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 26 avril 2017.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]