Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La liberté des cultes en France : parcours historique et anthropologie religieuse

  • Rita Hermon-Belot, directrice d'études de l'EHESS (TH) ( CéSor )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 11 h à 13 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 10 novembre 2016 au 15 juin 2017. La séance du 15 juin se déroulera en salle 3. La séance du 8 juin se déroulera en salle 2

C'est dans le cadre de la laïcité que la liberté des cultes s’exerce en France. Mais l’extension de la diversité religieuse dans toutes les démocraties occidentales et les besoins ou exigences qu’elle fait naître constituent aujourd’hui un problème majeur posé à cette laïcité.

Ce séminaire veut éclairer la façon dont pluralité religieuse et laïcité se sont articulées et ont pu jouer l’une sur l’autre dans le contexte français. L’hypothèse qui nous guide est que même si elle n'y a concerné que des groupes de taille numériquement réduite, la diversité religieuse a constitué un élément déterminant de la genèse même de l’idée laïque et de l’élaboration des formes d’application légales que celle-ci a reçues. Un élément qui n’a pas toujours pas été suffisamment pris en compte

Cette année portera sur le XIXe siècle et nous suivrons deux voies de recherche :

  • les conditions effectives de l’entrée des cultes dits minoritaires, ou plutôt selon l’expression du temps « non-catholiques », dans un monde désormais commun, alors que le XIXe siècle  français a largement vécu sur une association très étroite entre les différents cultes et l’État ;
  • la place que la pluralité religieuse a pu prendre, et qu’ont pu prendre les membres de cultes minoritaires, dans les débats qui ont mené à la conception et à l’affirmation de la laïcité.

Fidèle à ses habitudes, le séminaire accueillera également des acteurs du religieux au présent. Car la gestion des questions que pose cette diversité croissante fait jouer des héritages historiques d’autant plus actifs qu’ils sont mal identifiés, pratiques de l’État et des services publics ou catégories mêmes à travers lesquelles toutes ces questions sont pensées et posées.

9 mars 2017 : Catherine Clémentin, « Comment l’État laïque indien connaît-il l’hindouisme et les autres religions ? »

16 mars 2017 : Patrick Weil (Visiting Professor of Law, Yale Law School, directeur de recherche au CNRS, Centre d'histoire sociale du XXe siècle/Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), « Y-a-t-il une cohérence cachée dans la jurisprudence de la Cour Suprême américaine en matière de religion ? »

  • Discutant : Nicolas Barreyre, maître de conférences à l'EHESS-CENA

4 mai 2017 : Didier Leschi (directeur général de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), ancien préfet délégué pour l'égalité des chances en Seine-Saint-Denis, ancien chef du Bureau des cultes au Ministère de l’Intérieur et auteur du livre Misère(s) de l’islam de France, 2017, Éditions du Cerf, Paris)

8 juin : David A. Palmer, Université de Hong Kong), directeur d'études invité à l’EHESS  "Poly-ontologie chinoise: repenser le pluralisme religieux par le biais de la Chine"

Cette intervention vise à interroger la notion de pluralisme religieux en la confrontant au cas de la Chine, qui n'a jamais connu le monopole d'une seule religion, et où la coexistence d'une pluralité de traditions a depuis des siècles constitué un principe officiel de la gestion du religieux, aussi bien par l'Etat que par les institutions religieuses elles-mêmes et les communautés locales. Or ce pluralisme n'envisage pas la liberté et la tolérance mutuelle d'entités indépendantes, mais l'interpénétration, voire l'imbrication de systèmes cosmologiques et de pratiques qui gardent leur cohérence et leur identité internes. Cette logique s'applique aussi bien pour les rapports entre les « trois enseignements » du Confucianisme, Taoïsme et Bouddhisme, que, à l'époque contemporaine, pour les rapports entre ces traditions et l'athéisme marxiste de l'Etat communiste. Or ces traditions et idéologies sont souvent, de par leurs fondements ontologiques, radicalement incompatibles entre elles. En s'inspirant du « tournant ontologique » en anthropologie, nous tenterons, par le biais d'exemples ethnographiques sur la religion populaire, sur des nouveaux mouvements religieux et sur les rapports entre Etat et religion, de modéliser différentes logiques d'imbrication « poly-ontologique » dans le monde chinois.

Aires culturelles : Amérique du Nord, Europe, France,

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe

Intitulés généraux :

  • Rita Hermon-Belot- Pluralité religieuse et laïcité dans l'histoire française, XVIIIe-XXe siècle
  • Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous pris par courriel.

    Réception :

    sur rendez-vous. Rita Hermon-Belot, CéSor, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris.

    Niveau requis :

    à déterminer avec l'enseignante.

    Site web : http://cesor.ehess.fr/

    Adresse(s) électronique(s) de contact : rhbelot(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 7 juin 2017.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]